Cas Rapportés "Bronchiolite Virale"
(Traduit de l'anglais par Altavista Babel Fish)

Filtrage par mots-clés:



Recherche des documents. Attente svp...

1/27. Échec pulmonaire après procédé de Norwood : indication pour l'oxygénation extracorporeal de membrane ? Un rapport de cas.

    Aujourd'hui quelques auteurs considèrent la réparation univentriculaire une contre-indication pour l'oxygénation extracorporeal cardiaque postopératoire de membrane (ECMO). La question est si ECMO est indiqué en tant qu'appui pulmonaire en cas d'infection pulmonaire primordialement pendant le cours postopératoire après un procédé de Norwood. Au cours de la période prolongée de sevrage après un procédé de Norwood utilisant un shunt aortopulmonary de 4 millimètres, la bronchiolite syncytiale respiratoire prouvée du virus (RSV) s'est produite à l'heure du sevrage prévu de la ventilation artificielle. Venovenous ECMO pouvait améliorer l'oxygénation, mais quand l'opacification pulmonaire n'a pas résolu, ECMO a été terminé après 12 jours. ( info)

2/27. Le mécanisme pharmacologique par lequel a inhalé l'adrénaline réduit l'obstruction des voies respiratoires dans la bronchiolite virus-associée syncytiale respiratoire.

    L'adrénaline racémique inhalée soulage l'obstruction des voies respiratoires dans les patients présentant la bronchiolite syncytiale respiratoire de virus. La contribution de l'alpha contre la stimulation bêta-adrenoreceptor vers cet effet clinique est inconnue. Nous décrivons un enfant en bas âge traité avec du propranolol pour la tachycardie supraventriculaire dans qui la bronchiolite syncytiale respiratoire de virus s'est développée. L'adrénaline racémique inhalée a amélioré ses symptômes respiratoires, tandis que l'albuterol nebulized n'a pas fait. ( info)

3/27. Bronchiolite grave d'adénovirus chez les enfants.

    Les infections adenoviral graves telles que la bronchiolite de nécrose d'adénovirus se produisent sporadiquement dans les enfants en bas âge. S'assurer le rôle étiologique de l'adénovirus dans les cas de l'affection pulmonaire peut poser un problème diagnostique. Nous présentons deux cas de bronchiolite grave dans les enfants précédemment en bonne santé dans lesquels l'adénovirus pourrait s'avérer l'agent causant. Les deux enfants ont reçu la thérapie immunosuppressive avec des stéroïdes et le Cyclosporin pour 3 MOIS et un cours de ribavirine intraveineuse pour 10 D. Les résultats étaient contradictoires : en dépit de la thérapie le patient 1 est mort en raison de l'échec respiratoire, le patient 2 amélioré notamment. Conclusions : L'adénovirus peut causer la bronchiolite grave dans les enfants précédemment en bonne santé. Il peut être difficile réaliser diagnostic. Le rôle de la thérapie antivirale dans le traitement des infections adenoviral reste à se dégager. ( info)

4/27. Utilisation de montelukast dans le traitement de l'enfance tôt wheezing d'une expérience clinique avec trois cas.

    Leukotrienes se sont avérés pour être augmentés dans la bronchiolite syncytiale respiratoire de virus. Montelukast est un antagoniste de leukotrienes de cysteinyl. Nous rapportons notre expérience avec l'utilisation du montelukast dans trois enfants en bas âge de 5 mois à 20 mois. Le premier cas était un mois-vieux garçon 5 avec la bonne santé précédente. Il avait prolongé la détresse respiratoire secondaire au type 3 infection d'adénovirus. Le deuxième cas était un mois-vieux garçon 20 avec la dysplasie bronchopulmonaire. Il a eu le virus syncytial respiratoire et un type 3 infection d'adénovirus menant à prolongé pour wheeze. Le troisième cas était une mois-vieille fille 20 avec le désordre chronique de poumon après un épisode de la pneumonie grave d'escherichia coli à 1 mois. Elle a développé grave virus-négatif aigu wheeze après quelques jours de nez courant et de fièvre de qualité inférieure. Chacun des trois cas a répondu mal aux stéroïdes et aux bronchodilateurs inhalés. L'addition du montelukast a été associée à l'amélioration clinique marquée dans un délai de 1 semaine. Les trois cas étaient très hétérogènes et différés de la bronchiolite aiguë viro-induite simple habituelle. L'utilisation des drogues multiples comprenant le montelukast n'a permis aucune conclusion définie ; cependant, l'addition du montelukast a été étroitement liée à l'amélioration clinique. D'autres études dans l'utilisation du montelukast dans la bronchiolite viro-induite grave sont justifiées. ( info)

5/27. L'encéphalopathie s'est associée à la bronchiolite syncytiale respiratoire de virus.

    Le virus syncytial respiratoire est une cause extrêmement commune des infections respiratoires d'enfance ayant pour résultat la morbidité et la mortalité significatives. Bien que l'apnea soit une complication bien connue dans de jeunes enfants en bas âge avec la bronchiolite syncytiale respiratoire de virus, l'encéphalopathie liée à cette infection n'est pas bonne identifiée. Notre étude indique une incidence de l'encéphalopathie de 1.8% dans un total de 487 patients présentant la bronchiolite syncytiale respiratoire de virus étudiée pendant presque 4 ans. Les saisies étaient la complication de présentation. Basé sur notre étude d'une cohorte des enfants avec la bronchiolite syncytiale respiratoire de virus, nous croyons que les complications neurologiques, bien que relativement rare, représentent un composant significatif de cette maladie infantile commune. En outre, le virus syncytial respiratoire a été montré pour libérer plusieurs médiateurs qui pourrait directement ou indirectement être neurotoxic et induire une encéphalopathie liée à la maladie respiratoire. ( info)

6/27. Prévention de l'intubation dans les subglottis blessés : le rôle de la thérapie de heliox.

    L'intubation dans l'enfant présent avec le tracheobronchitis viral grave ou les dommages subglottic antérieurs peut porter préjudice à l'enfant et aux subglottis. L'intubation peut mener davantage à d'ischémie muqueuse, à cicatrice, à sténose subglottic, ou à extubation échoué exigeant une trachéotomie. Le Heliox est une combinaison d'hélium et d'oxygène qui produit l'échange moins-dense de gaz. Son utilisation mène à une diminution du flux d'air turbulent, qui peut obvier au besoin d'intubation. Ici nous rapportons notre expérience utilisant le heliox en tant que thérapie initiale dans 14 enfants consécutifs se présentant avec la détresse grave de voie aérienne et le besoin d'intubation. (Cinq ont eu le tracheobronchitis viral, 5 ont eu l'exacerbation inflammatoire de la sténose subglottic, et 4 ont eu des dommages subglottic iatrogenic aigus.) Dans 10 des 14 enfants, l'intubation, qui peut mener aux dommages muqueux et au marquage, a été évitée en employant la thérapie de heliox. Des 4 enfants dans qui la thérapie de heliox échouée, 3 a eu une histoire antérieure de la sténose subglottic. Le Heliox est une alternative relativement sûre et fiable à l'intubation des enfants avec l'oedème subglottic grave ou les dommages. Le Heliox devrait être considéré avant qu'intubation pour les enfants choisis avec l'inflammation subglottic et détresse grave de voie aérienne. ( info)

7/27. Traitement de DNase pour l'atélectasie dans les enfants en bas âge avec la bronchiolite syncytiale respiratoire grave de virus.

    L'insuffisance respiratoire due à la bronchiolite syncytiale respiratoire du virus (RSV) est partiellement due à l'abondance du mucus épaissi et de l'incapacité de la dégager des voies aériennes. Le mucus dans la bronchiolite de RSV contient les cellules inflammatoires et épithéliales nécrotiques. Les propriétés visco-élastiques des sécrétions purulentes de voie aérienne sont en grande partie dues à la présence de l'acide désoxyribonucléique fortement polymérisé (adn). La deoxyribonucléase humaine de recombinaison (rhDNase) est connue pour liquéfier un tel mucus dans les patients présentant la mucoviscidose, tandis que les rapports de cas ont décrit un effet bénéfique dans d'autres désordres respiratoires. Les auteurs ont présumé que le rhDNase diminuerait l'atélectasie et le mucus branchant dans les enfants en bas âge avec la bronchiolite grave de RSV. Deux enfants en bas âge avec la bronchiolite de RSV avec l'atélectasie unilatérale massive dans qui la ventilation mécanique était due imminent à l'épuisement, et trois enfants en bas âge mécaniquement aérés (deux nouveau-nés, un avec la dysplasie bronchopulmonaire) avec la bronchiolite de RSV avec la pneumonie ont reçu le traitement avec le rhDNase 2.5 nebulized par mg deux fois par jour. L'administration suivante des paramètres de deoxyribonucléase, cliniques et radiologiques humains de recombinaison nebulized s'est améliorée rapidement. La ventilation mécanique a pu être évitée dans deux enfants en bas âge tandis que dans trois enfants en bas âge sur la ventilation artificielle, rétablissement clinique commencés après la première dose de la drogue. Une épreuve thérapeutique de deoxyribonucléase humaine de recombinaison peut être une option dans le traitement pour l'atélectasie dans la bronchiolite syncytiale respiratoire grave ou compliquée de virus dans l'enfance. ( info)

8/27. incidence de hyponatraemia et saisies hyponatraemic dans la bronchiolite syncytiale respiratoire grave de virus.

    BUT : Pour documenter l'incidence et l'évolution tôt du hyponatraemia (< de sodium de sérum ; 136 mmol l (- 1)) lié à la bronchiolite syncytiale respiratoire du virus (RSV) dans les enfants en bas âge ayant besoin des soins intensifs. MÉTHODES : Dans une revue rétrospective plus de deux saisons d'hiver, 130 enfants en bas âge ont été admis avec l'infection confirmée de RSV, de laquelle 39 ont été exclus en raison de l'un ou l'autre facteurs de risque préexistants pour le hyponatraemia : thérapie diurétique (n = 14), la maladie cardiaque (n = 10), la maladie rénale (n = 2) ou manque de données de sodium d'admission (n = 13). RÉSULTATS : L'incidence du hyponatraemia d'admission dans les enfants en bas âge restants (âge médian 6 sem.) était 33% (30/91), avec 11% (10/91) montrant un mmol de 130 l de sodium de sérum moins (- 1). Hyponatraemic et enfants en bas âge normonatraemic étaient d'un âge semblable (médiane 6 contre 7 sem., p = 0.82). Avec la restriction liquide et la thérapie diurétique, l'incidence du hyponatraemia à 48 h avait diminué à 3.3%, le rapport 0.07 (intervalle de confiance de 95% 0.02-0.24, < de chance de p ; 0.001). Quatre enfants en bas âge (4%) ont souffert des saisies hyponatraemic à l'admission (mmol l de sodium 114-123 (- 1)); trois avaient reçu les fluides intraveineux hypotoniques à 100-150 ml le kilogramme (- 1) d (- 1) avant référence aux soins intensifs. Chacun des quatre a été contrôlé avec succès avec (3%) salin hypertonique, suivi de la restriction liquide, ayant pour résultat l'arrêt immédiat de l'activité de saisie et la normalisation des valeurs de sodium de sérum plus de CONCLUSION de 48 H. : Hyponatraemia est commun parmi des enfants en bas âge avec la bronchiolite de RSV présentant aux soins intensifs. Les complications neurologiques peuvent se produire et la thérapie liquide dans les enfants en bas âge vulnérables devrait être travaillée pour réduire ce risque. ( info)

9/27. Réparation d'hernie inguinale incarcérée dans un enfant en bas âge avec la bronchiolite virale aiguë.

    BUT : Pour décrire les soucis d'anesthésique et les options de gestion dans un enfant en bas âge avec la bronchiolite virale aiguë qui a exigé la chirurgie de secours. dispositifs CLINIQUES : Un enfant en bas âge 12 week-old présent au département de secours avec une bonne hernie inguinale incarcérée. L'histoire a été compliquée par la bronchiolite aiguë concourante. Car l'hernie était irréductible, la chirurgie de secours a été exigée. L'anesthésie endotrachéale générale, suivant une induction rapide d'ordre, a été complétée avec un bloc épidural caudal. Le salbutamol inhalé et suctioning pour des sécrétions trachéales épaisses ont été exigés et se sont avérés médicalement utiles. Le bébé a fait un bon rétablissement postopératoire. CONCLUSIONS : Une série de techniques peuvent être employées pour anesthésier l'enfant en bas âge avec la bronchiolite aiguë concourante. Dans ce cas-ci de bons résultats ont été réalisés avec l'anesthésie générale et régionale combinée, ainsi que l'utilisation du salbutamol inhalé. ( info)

10/27. Anomalie mortelle d'artère coronaire présentant comme bronchiolite.

    Pendant les manifestations d'hiver de bronchiolite syncytiale respiratoire de virus de 2002 à 2004, trois enfants en bas âge présents avec un diagnostic présumé de l'infection inférieure et de wheezing de région respiratoire. L'état clinique dans deux cas était rapidement progressif et précipité dans le choc insurmontable ; les examens cliniques et instrumentaux ont indiqué une origine cardiaque de leur maladie. Une présentation subaiguë a permis une évaluation cardiologique et un traitement approprié dans le troisième enfant en bas âge. Une origine anormale de l'artère coronaire gauche du tronc pulmonaire a été démontrée dans tous les cas. L'infection aiguë concourante de voie aérienne a exercé un effet catastrophique sur l'anomalie cardio-vasculaire fondamentale menant au choc cardiogénique et à la mort réfractaires. CONCLUSION : Le film de radiographie de la poitrine d'admission et l'analyse de gaz artérielle peuvent soulever le soupçon de la participation cardiaque en traitant un épisode wheezing grave dans de jeunes enfants en bas âge. L'évaluation cardiologique pédiatrique avec l'échocardiographie bidimensionnelle peut par la suite indiquer cet état rare, tandis que la cathéterisation cardiaque avec l'aortography demeure le moyen standard du diagnostic. ( info)
(Traduit de l'anglais par Altavista Babel Fish)| Suivant ->


Laisser un message sur 'Bronchiolite Virale'


N'évalue pas ni ne garantit l'exactitude des contenus de ce site. Cliquez ici pour accéder au texte complet de l'avertissement.