Cas Rapportés "Bronchiolite Virale"
(Traduit de l'anglais par Altavista Babel Fish)

Filtrage par mots-clés:



Recherche des documents. Attente svp...

11/27. La détection de Microarray de l'infection humaine du parainfluenzavirus 4 s'est associée à l'échec respiratoire dans un adulte immunocompetent.

    Un microarray casserole-viral d'adn, le Virochip (Université de Californie, san francisco), a été employé pour détecter l'infection humaine du parainfluenzavirus 4 (HPIV-4) dans un adulte immunocompetent présent avec une maladie respiratoire aiguë représentant un danger pour la vie. Le virus a été identifié dans un spécimen aspiré endotrachéal, et les résultats de microarray ont été confirmés par amplification en chaîne par réaction spécifique et analyse sérologique pour HPIV-4. L'essai en laboratoire clinique conventionnel utilisant un panneau étendu des essais microbiologiques n'a pas rapporté un diagnostic. Ce cas suggère que la sévérité potentielle de la maladie provoquée par HPIV-4 dans les adultes puisse être plus grande que précédemment appréciée et illustre l'utilité clinique d'un microarray pour le criblage viral offrant tout l'éventail de produits de microbe pathogène. ( info)

12/27. Effets cardio-vasculaires de la bronchiolite aiguë.

    Vingt et un enfants avec les coeurs normaux ont été étudiés pendant la bronchiolite aiguë. L'échocardiographie de Doppler a montré la régurgitation de valve tricuspid dans 11 patients, beaucoup de qui a eu l'évidence de la pression systolique augmentée d'artère pulmonaire. Les études de publication périodique dans ceux avec l'infection grave ont prouvé que la régurgitation tricuspid disparaît avec l'amélioration clinique. ( info)

13/27. Bronchiolite de nécrose de cytomégalovirus avec l'infection par le HIV.

    Le cytomégalovirus (CMV) est fréquemment isolé dans des sécrétions respiratoires du virus d'immunodéficience (HIV) - patients infectés. Même en présence d'évidence histopathologique CMV des anomalies cytopathes, la véritable signification clinique CMV de la pneumonite n'est pas bien établie. La maladie de voies aériennes est de plus en plus identifiée dans les patients HIV-infectés, mais son étiologie est peu claire. Nous décrivons un patient HIV-infecté qui s'est présenté avec la fièvre, wheeze, et l'interstitiel micronodular infiltre et a développé l'échec respiratoire hypercapnic et hypoxemic grave. Ouvrez la bronchiolite de nécrose montrée par biopsie de poumon avec les changements cytopathes caractéristiques CMV de l'infection ; aucun autre microbe pathogène n'a été isolé. Il a bien répondu au traitement avec le ganciclovir. ( info)

14/27. Utilisation d'oxygénation extracorporeal de membrane dans le traitement de la bronchiolite syncytiale respiratoire de virus : l'expérience nationale, 1983 à 1988.

    Dans un effort d'obtenir des données pour constituer la base pour la conception des tests cliniques commandés, nous avons contacté tous les participants des États-Unis à l'enregistrement national d'ECMO pour assembler l'expérience nationale sur l'utilisation de l'oxygénation extracorporeal de membrane dans la bronchiolite syncytiale respiratoire de virus pendant les 5 dernières années. Douze enfants en bas âge ont été traités à neuf centres entre 1983 et 1988. Huit avaient été soutenus pr3maturément, et cinq ont eu la dysplasie bronchopulmonaire. L'âge moyen au début de l'infection avec le virus syncytial respiratoire était de 108 /- 102 jours. La longueur moyenne de la gestion de ventilateur avant oxygénation extracorporeal de membrane était de 7.8 /- 7.1 jours. Tous les enfants en bas âge ont eu le hypoxemia persistant avec de la pression artérielle moyenne de l'oxygène de 39.2 /- 11.7 torr (5.3 /- kPa 1.6) en dépit des pressions élevées de ventilateur (la pression moyenne 19.7 /- 6.4 cm H2O de voie aérienne) et 100% a inspiré l'oxygène ; six ont eu le syndrome de fuite d'air. Sept enfants en bas âge ont survécu (58%). La durée moyenne de l'oxygénation extracorporeal de membrane pour des survivants était de 233 /- 139 heures. L'affection pulmonaire chronique de préexistence n'a pas prévu des résultats pauvres : quatre des cinq enfants en bas âge avec la dysplasie bronchopulmonaire ont survécu. Six des survivants ont plus tard réalisé les étapes importantes développementales prévues et on a le léger retard de moteur. Nous concluons que, pour des enfants en bas âge avec la bronchiolite syncytiale respiratoire grave de virus dont la condition détériore en dépit de la gestion maximale de ventilateur, l'oxygénation extracorporeal de membrane peut fournir l'appui de sauvetage. La durée du traitement réussi avec cette thérapie peut être plus longue que celle pour des indications néonatales conventionnelles, mais d'excellents résultats neurologiques peuvent être prévus dans les survivants. ( info)

15/27. Complications pulmonaires chroniques de l'infection tôt de virus de grippe chez les enfants.

    Dans 3 patients masculins, les conséquences pulmonaires chroniques ont suivi l'infection de virus de grippe à 5, 24, et 42 mois d'âge. Les divers niveaux de fibrose interstitielle, érosions et metaplasia bronchique et bronchiolar, bronchiolite obliterative, et inflammatoire chronique interstitiel infiltrent ont été trouvés sur la biopsie de poumon. La grippe hong kong /68 virus (H3N2) a été isolée dans le tissu de poumon d'un patient pendant 8 semaines après le début de la maladie. C'est la plus longue persistance du virus infectieux dans le tissu de poumon pourtant rapporté. Les anomalies radiographiques persistantes ont inclus l'épaississement peribronchial, les densités interstitielles, le bronchiectasis, la bronchiolite obliterative, et l'atélectasie segmentaire. Les essais de fonction pulmonaires ont montré un modèle restrictif obstructif, avec l'amélioration douce après bronchodilation et avec la détérioration après exercice. Ces observations suggèrent que l'infection de virus de grippe puisse être plus sérieuse dans les enfants en bas âge et les enfants en bas âge qu'a été précédemment reconnues et peut contribuer à la pathogénie de la pneumonite interstitielle non expliquée, de la fibrose pulmonaire, de la bronchiolite obliterative, et du bronchiectasis. ( info)

16/27. la maladie de Petit-voies aériennes dans les destinataires des greffes allogeneic de moelle. Une analyse de 11 cas et un examen de la littérature.

    Dans un examen rétrospectif de 116 greffes allogeneic consécutives de moelle (BMT), la maladie obstructive grave de voies aériennes a été identifiée dans 11 patients. La pathologie de poumon a démontré la bronchiolite dans 9 patients et les études physiologiques ont montré la maladie de petit-voies aériennes compatible à la bronchiolite dans les autres 2. Aucun des 5 patients présentant l'infection associée n'a survécu, alors que 3 des 6 patients sans microbe pathogène identifié stabilisaient ou s'amélioraient. L'analyse des 11 cas a présenté et chacun des 25 cas rapportés dans la littérature (1982 1985) soutient la conclusion que la maladie de greffe-contre-centre serveur est un facteur de risque important pour la bronchiolite dans des destinataires de BMT. Parmi les mécanismes proposés pour le développement de la bronchiolite après BMT allogeneic, les 2 le plus susceptibles sont la maladie de greffe-contre-centre serveur causant directement la bronchiolite, et thérapie immunosuppressive accrue donnée pour la maladie de greffe-contre-centre serveur prédisposant à la bronchiolite virale. L'évidence disponible suggérerait qu'il soit prudent d'obtenir les essais de fonction pulmonaires périodiques même dans le poteau-BMT asymptomatique de patients, et en particulier dans ceux avec la maladie chronique de greffe-contre-centre serveur, dans l'espoir que le dépistage précoce permettra pour la première intervention qui arrêtera ou renversera la progression de la maladie obstructive de voies aériennes. ( info)

17/27. pneumothorax bilatéral spontané dans un enfant en bas âge avec la bronchiolite.

    Le pneumothorax spontané est une complication rare de la bronchiolite due au virus syncytial respiratoire. Le pneumothorax spontané bilatéral dans un enfant en bas âge avec la bronchiolite syncytiale respiratoire de virus n'a pas été précédemment rapporté. Nous rapportons le cas d'un enfant en bas âge âgé de quatre mois qui s'est présenté dans la détresse respiratoire dû à la bronchiolite syncytiale respiratoire de virus avec les pneumothoraces bilatéraux. L'enfant en bas âge s'est amélioré avec l'évacuation d'air du coffre. ( info)

18/27. Bronchiolite grave de RSV dans un enfant immunocompromised.

    9 ans avec l'immunodéficit ont développé une maladie respiratoire grave et diffuse qui a rendu nécessaire la ventilation mécanique. La biopsie ouverte de poumon a indiqué le virus syncytial respiratoire (RSV) comme microbe pathogène unique. La détection de RSV devrait être incluse dans le diagnostic différentiel de l'affection pulmonaire diffuse dans un enfant immunocompromised. ( info)

19/27. Bronchiolite mortelle de cytomégalovirus dans un patient avec Nezelof' ; syndrome de s.

    Une fille de 4 ans qui avait reçu une glande de thymus foetale par la transplantation intrapéritonéale pendant 41 mois précédemment a soutenu la bronchiolite aiguë et mortelle due au cytomégalovirus culture-prouvé malgré le fait que une réponse spécifique d'anticorps à cette organization a été détectée. Tandis que la transplantation thymique avait augmenté le nombre de circuler des lymphocytes de T et avait permis la sensibilisation immunisée aux antigènes d'essai de peau de retarder-hypersensibilité, il y avait toujours un état inachevé de fonction de lymphocyte de T. En particulier, les lymphocytes d'isolement pour répondre à la stimulation avec le phytohemagglutinin à plusieurs concentrations et, plus important, l'examen pathologique ont démontré une insuffisance anatomique grave de tissu lymphoïde liée à la fonction de lymphocyte de T. L'infection peu commune qui a causé la mort de cet enfant a souligné la nécessité d'acquérir la fonction suffisante de lymphocyte de T dans des tentatives immunologiques de reconstitution. ( info)

20/27. Bronchiolite grave provoquée probablement par le virus de varicella-zoster.

    Une pneumonie peu commune et grave provoquée probablement par le virus de varicella-zoster est rapportée chez un homme précédemment en bonne santé de 19 ans. Le diagnostic a été basé sur le titre élevé des anticorps de varicella-zoster en sérum, et la démonstration de l'antigène de varicella-zoster du spécimen de biopsie de poumon. Le dispositif rare dans le cours pathophysiologique de la maladie était le hypercarbia sélectif qui a bien répondu à la thérapie de bronchodilateur avec de la théophylline. En outre, le patient n'a eu aucune manifestation de peau pendant sa maladie. ( info)
(Traduit de l'anglais par Altavista Babel Fish)<- Précédent || Suivant ->


Laisser un message sur 'Bronchiolite Virale'


N'évalue pas ni ne garantit l'exactitude des contenus de ce site. Cliquez ici pour accéder au texte complet de l'avertissement.