Cas Rapportés "coma insulinique"
(Traduit de l'anglais par Altavista Babel Fish)

Filtrage par mots-clés:



Recherche des documents. Attente svp...

11/21. Mellitus de diabète et Graves' ; la maladie dans la grossesse compliquée par des allergies maternelles au médicament d'antithyroïde.

    La grossesse de l'des femmes avec mellitus de diabète a été compliquée par Graves' ; la maladie et allergies maternelles au propylthiouracile et au methimazole. Des préparations pour le déplacement chirurgical de la glande thyroïde étaient faites jusqu'à ce que la grossesse soit intervenue. Plusieurs mécanismes bien documentés de l'hyperthyroïdisme, y compris la plus grande absorption intestinale du glucose, réponse diminuée d'insuline, et production accrue de glucose peuvent aggraver l'intolérance de glucose ; la condition quotidienne d'insuline de ce patient a monté 80% de son dosage de pregestational. Quand les grandes doses de propranolol n'ont pas commandé ses symptômes thyrotoxic et ont mené aux épisodes hypoglycémiques graves et récurrents, la thyroïdectomie de total partiel a été exécutée. On a observé postopératoirement une diminution de 42% des conditions d'insuline, avec le retour à l'état euthyroïde. Une propension pour la hypoglycémie postopératoire symptomatique devrait être prévue dans les patients diabétiques subissant la thyroïdectomie. ( info)

12/21. Convulsions nocturnes et hypoglycémie insuline-induite dans les patients diabétiques.

    Les convulsions peuvent se produire par suite de la hypoglycémie insuline-induite. Nous rapportons trois patients présentant le diabète insuline-dépendant, qui a présenté avec des saisies tonique-cloniques généralisées liées à la hypoglycémie nocturne. Aucun des patients n'avait éprouvé la hypoglycémie pendant le réveil des heures et les convulsions ont été de manière erronée diagnostiquées en tant qu'épilepsie idiopathique. L'identification de l'étiologie possible de hypoglycémie de ces convulsions a permis le changement approprié des régimes d'insuline sans la répétition des convulsions. Dans un cas, la saisie a été associée aux ruptures bilatérales du cou de l'humérus. La hypoglycémie non reconnue devrait être considérée comme cause possible des convulsions dans les patients diabétiques insuline-dépendants. ( info)

13/21. coma hypoglycémique factice Insuline-induit.

    La hypoglycémie due à l'ingestion des agents hypoglycémiques oraux ou à l'injection de l'insuline est une manière commune pour que le désordre factice chronique présente aux médecins. En dépit de ce fait, le coma hypoglycémique factice est rare. Puisque la hypoglycémie est potentiellement mortelle, avec de nombreuses conséquences, des médecins devez se rendre compte de son occurrence et méthode de détection. Un cas du désordre factice chronique présentant pendant que le coma hypoglycémique est présenté et ses implications est discutées. ( info)

14/21. Formation image tomographique calculée du cerveau dedans après coma de hypoglycémie.

    Un cas de coma hypoglycémique grave a été étudié par la formation image tomographique calculée séquentielle (CT) du cerveau. Le CT 1) était normal à la partie, 2) a plus tard montré un secteur de faible densité, qui a été augmenté par l'opacifiant, dans le cortex cérébral et la zone de frontière entre les artères cérébrales principales, et 3) le perfectionnement marqué indiqué dans la région corticale entière et le hypodensity dans la région periventricular vers la fin de l'étape. Ces résultats de CT, représentant le cours des dommages neuraux de cellules par hypoglycémie grave, sont discutés du point de vue pathophysiologique. ( info)

15/21. Mellitus de diabète fragile factice.

    Cinq patients sont décrits dans qui la maladie factice était la cause du type fragile mellitus de diabète d'I. Les patients ont été référés dans l'ensemble des Etats-Unis parce que leurs médecins avaient ne pu pas établir la raison des hospitalisations récurrentes pour le ketoacidosis ou le coma diabétique. Dans trois des patients, les signes inexplicables, les symptômes, et/ou les résultats de laboratoire mènent au diagnostic de la maladie factice. Dans les deux patients restants, le suivi à long terme était nécessaire avant qu'une cause factice ait été établie. Ces cinq patients exemplifient les mesures extraordinaires que quelques patients utiliseront pour continuer comme " ; patient" ; plutôt que le retour à un style de vie normal. ( info)

16/21. Nervosa d'anorexie présentant en tant que coma hypoglycaemic réversible.

    Le coma de Hypoglycaemic était le dispositif de présentation dans deux patients avec le nervosa d'anorexie, tous les deux de qui a rapidement regagné la conscience suivant l'administration intraveineuse du glucose. Cette complication rare de malnutrition ne semble pas avoir été rapportée précédemment dans le nervosa d'anorexie. ( info)

17/21. Le coma hypoglycémique s'est associé à l'infusion sous-cutanée d'insuline par la pompe portative.

    On a rapporté que l'incidence de la hypoglycémie dans les patients diabétiques insuline-dépendants contrôlés par l'infusion sous-cutanée continue d'insuline (CSII) est très limitée. Nous rapportons un cas de coma de hypoglycémie se produisant dans un patient fortement conforme et intelligent tandis que sur CSII par une pompe portative. Les facteurs contribuant à cet épisode ont inclus à haut risque outre de la hypoglycémie devant commander fortement, du manque d'identifier des symptômes hypoglycémiques tôt, et de l'entretien de la hypoglycémie pour plus de 2 h par le dispositif de boucle ouverte. La hypoglycémie est une complication de CSII par la pompe portative. Nous joignons d'autres en recommandant son utilisation seulement par les médecins expérimentés. La surveillance constante des patients tandis que sur CSII est importante pour éliminer cette complication potentiellement mortelle. ( info)

18/21. coma de Hypoglycaemic suivant l'analgésie épidurale.

    Un patient diabétique qui prenait une préparation à base d'insuline de intermédiaire-action a développé le coma hypoglycaemic soudain après analgésie épidurale entre T5 et L1. Plusieurs possibilités diagnostiques sont discutées. On le conclut que l'infusion intraveineuse prophylactique du glucose et les petites doses d'anesthésique local sont toujours recommandées dans les patients diabétiques ayant l'analgésie épidurale. ( info)

19/21. tentative de suicide utilisant l'insuline par non un diabétique : une étude de cas démontrant les conséquences aiguës et chroniques de la hypoglycémie profonde.

    Cet article décrit le cas d'un médecin non diabétique avec une histoire psychiatrique antérieure dans laquelle là accablait l'évidence biochimique et clinique qu'il a eu la tentative de suicide en s'injectant avec un surdosage d'insuline. Il a été intensivement surveillé dès son admission à l'hôpital dans un coma, jusqu'à ce qu'il entièrement ait récupéré la conscience pendant 30 jours plus tard et pendant les huit mois suivants de sa réadaptation. Ce cas certifie à l'à niveau élevé de la morbidité qui pourrait suivre la hypoglycémie profonde. Il illustre également du psychodynamics putatif du comportement suicidaire--notamment ambivalence et démenti (à l'heure d'écriture, le patient non jamais reconnu qu'il avait pris une overdose avec l'insuline). Une revue sélective sur une partie de la littérature plus récente sur les effets neuropathological du surdosage d'insuline et de la hypoglycémie profonde est présentée. ( info)

20/21. La cécité corticale et l'infarctus cérébral se sont associés à la hypoglycémie grave.

    OBJECTIF : Pour décrire un cas de la cécité corticale et de l'infarctus cérébral s'est associé à la hypoglycémie grave. CONCLUSIONS : La pathogénie possible des défauts neurologiques est discutée. ( info)
(Traduit de l'anglais par Altavista Babel Fish)<- Précédent || Suivant ->


Laisser un message sur 'Coma Insulinique'


N'évalue pas ni ne garantit l'exactitude des contenus de ce site. Cliquez ici pour accéder au texte complet de l'avertissement.