Cas Rapportés "Dyslexie"
(Traduit de l'anglais par Altavista Babel Fish)

Filtrage par mots-clés:



Recherche des documents. Attente svp...

1/164. Évidence Cross-modal d'amoricage pour l'activation de phonologie-à-orthographe en la reconnaissance du mot visuelle.

    Des sujets ont été invités à indiquer quel article d'un mot/de paire de nonword était un mot. Sur des épreuves critiques le nonword était un pseudohomophone du mot. RTs des dyslexiques étaient plus court dans les blocs d'épreuves dans lesquelles une perfection auditive conforme a été simultanément présentée avec les stimulus visuels. RTs des lecteurs normaux étaient plus long pour des mots à haute fréquence quand il y avait amoricage auditif. Ceci fournit l'évidence que la phonologie peut activer les représentations orthographiques ; la taille et la direction de l'effet de l'amoricage auditif sur la décision lexicologique visuelle semblent être une fonction des vitesses relatives avec lesquelles la vue et l'audition activent l'orthographe. ( info)

2/164. Activation simultanée des mécanismes de lecture : évidence d'un cas de dyslexie profonde.

    Nous rapportons l'exécution du LC, un dyslexique profond. Nous avons étudié intensivement ses erreurs selon les modèles neuropsychologiques cognitifs périodiques de la lecture orale. L'évaluation initiale de sa lecture a suggéré l'accès altéré au lexique phonologique de rendement (POL). La conversion altérée de graphème-à-phonème (GPC) et les erreurs sémantiques dans la lecture ont suggéré que le LC ait lu par l'intermédiaire d'un itinéraire sémantique appauvri. Cependant, un modèle périodique de la lecture orale n'a pas pu expliquer des différences des erreurs dans la lecture, l'image appelant, le discours spontané, et la répétition. Les néologismes se sont produits dans la lecture orale mais pas dans le discours et la répétition spontanés. Les erreurs sémantiques dans la nomination ont dépassé ceux dans la lecture orale. Pour expliquer ces différents modèles d'erreur nous proposons que l'itinéraire sémantique, l'itinéraire direct du lexique orthographique d'entrée à POL, et GPC activent simultanément pendant la lecture, convergeant chez POL pour contraindre le choix phonologique. Ces itinéraires sont modulaires mais pas fonctionellement encapsulés. Pour le LC, POL reçoit l'information ambiguë due à la dégradation de tous les itinéraires, causant des erreurs de lecture. ( info)

3/164. dyslexie continue dans un polyglotte.

    Alexia est habituellement vu après des insultes ischémiques au lobe pariétal dominant. Un patient est décrit avec une alexie particulière à l'hébreu de lecture (droit vers la gauche), tandis qu'aucune alexie n'a été notée en lisant en anglais. Ce déficit a évolué après une bonne hémorragie intracérébrale occipitoparietal hypertendue, et résolu graduellement au cours de l'année suivante pendant que le hématome resorbed. Le déficit suggère l'existence d'un séparé, la langue associée, réseau neuronal dans le bon hémisphère important pour différents modes de lecture de langue. ( info)

4/164. Un affaiblissement de cartographie modalité-spécifique : parlé contre la production écrite.

    Un femme dysphasic de 29 ans (AF) s'est présenté avec la capacité supérieure dans écrit au-dessus des phrases parlées. En revanche, sa compréhension a montré la tendance renversée. Les investigations neuropsychologiques cognitives ont indiqué que sa double dissociation était plus évidente que vraie. AF' ; la compréhension auditive supérieure de s a été attribuée aux facteurs dyslexiques suspectés empêchant la compréhension écrite. Cependant, un compte d'une dissociation forte entre sa production écrite et parlée était moins évident. L'évidence a suggéré l'AF soufferte d'un déficit de cartographie procédural qui a exercé un effet disproportionné sur la production parlée. AF' ; modèles courants de défi d'exécution de s de l'accès lexicologique qui considèrent comme étant la connaissance syntactique amodal. Un compte alternatif est considéré dans Caramazza' ; 1997) modèles de réseau indépendants de s (d'accès lexicologique. ( info)

5/164. Une étude de cas d'un bilingue anglais-japonais avec la dyslexie monolingue.

    Nous rapportons le cas de COMME, de 16 garçon bilingue anglais/japonais ans, dont les difficultés de lecture/écriture sont confinées à l'anglais seulement. DE MÊME QUE né au Japon à un père australien fortement instruit et à une mère anglaise, et va à un lycée de grands sélectif japonais au Japon. Sa langue parlée est à la maison l'anglais. AS' ; la lecture de s dans le kanji japonais logographique et le Kana syllabique est équivalente à celle des étudiants préparant une licence ou des diplômés japonais. En revanche, son exécution dans la diverse lecture et écriture examine en anglais comme les tâches comportant le traitement phonologique étaient très pauvres, même lorsque comparé à ses contemporains japonais. Pourtant il n'a aucun problème avec des noms de lettre ou la lettre retentit, et sa catégorisation de phonème est tout à fait en conformité avec la gamme normale des naturels anglais. Afin d'expliquer nos données qui montrent une dissociation claire entre AS' ; capacité de s de lire anglais et japonais, nous proposons le ' ; hypothèse de granularité et de transparency' ;. On le postule que toute la langue où la cartographie d'orthographe-à-phonologie est transparente, ou même opaque, ou aucune langue dont l'unité orthographique la représentation du bruit est brute (c.-à-d. à un caractère ou à un mot entier de niveau) ne devrait produire une incidence élevée de dyslexie phonologique développementale. ( info)

6/164. Un enfant école-âgé avec des qualifications de lecture retardées.

    Pendant une visite de surveillance de santé, le père d'un second-grader d'Afro-américain de 7.5 ans s'est enquis de son son' ; progrès de s dans la lecture. Il a été préoccupé quand, par une conférence récente de professeur-parent pour passer en revue Darren' ; le progrès de s, le professeur a remarqué que Darren ne suivait pas des qualifications de lecture comparées à d'autres dans sa classe. Elle a dit qu'il a eu la difficulté retentir dehors quelques mots correctement. En outre, il ne pourrait pas rappeler des mots qu'il avait lu le jour avant. Le professeur a commenté que Darren était un enfant grégaire et amical avec les qualifications de communication verbales meilleur-que-moyennes. Son accomplissement aux maths était age-appropriate ; l'orthographe, cependant, était difficile pour Darren, avec beaucoup de lettres et d'inversions supprimées des lettres écrites. Une histoire focalisée n'a indiqué aucun facteur de risque pour un problème d'étude dans les périodes prénatales ou périnatales. Le premier moteur, la langue, et les étapes importantes sociales ont été réalisés à l'heure. Darren n'avait éprouvé aucune blessure à la tête, perte de conscience, ou maladie médicale chronique. Il a eu plusieurs amis, et son père a nié tous les problèmes comportementaux à la maison ou à l'école. Son professeur a accompli un aperçu comportemental dsm-iv-spécifique pour le déficit d'attention/désordre d'hyperactivité (ADHD). Il n'a montré aucune évidence d'ADHD. Darren' ; le père de s a fini 1 an de l'université et est actuellement le directeur d'une bazarette de voisinage. Sa mère a eu une éducation de lycée ; elle s'est rappelée qu'elle l'a trouvé difficile d'accomplir les tâches qui ont exigé la lecture ou l'écriture. Elle est employée en tant que serveuse. Darren n'a aucun enfant de mêmes parents. Le pédiatre a exécuté un examen physique complet, les résultats dont étaient normale, y compris l'acuité visuelle, l'audiométrie, et un examen neurologique. On l'a noté que Darren a semblé faire une pause plusieurs fois en réponse aux questions ou aux commandes. À deux occasions, pendant l'essai de doigt-nez et une demande d'évaluer la démarche tandem, les directions ont exigé la répétition. De façon générale, il était plaisant et semblé d'apprécier la visite. Son pédiatre a conclu qu'il a eu un problème d'étude mais elle était incertaine au sujet de la prochaine étape. Elle s'est demandée, " ; Y a il toute autre chose que je peux faire dans le bureau pour évaluer Darren' ; problème de s avec l'étude ? Au cas où je rapidement me référer le pour l'essai éducatif ou encourager un précepteur de lecture ? Quelles questions est-ce que je peux poser à son professeur qui serait utile ? Est-ce que je suis absent un désordre médical ? " ; ( info)

7/164. Une étude de cas de dyslexie passagère.

    Ce document présente une étude de cas d'un épisode dyslexique passager saisie-induit éprouvé par un présentateur par radio tout en lisant un manuscrit de phase sur l'air. Une analyse de l'enregistrement de l'épisode en même temps que le manuscrit étant rendements lus un certain nombre d'observations intéressantes. Il y a, par exemple, un modèle temporel distinct de panne de ce qui peut être caractérisé en tant qu'erreurs orthographiques à travers aux confusions sémantiques. Plusieurs des erreurs orthographiques peuvent être expliquées comme forme de cécité de répétition. En outre, le modèle de l'erreur lexicologique prête l'appui à un lexicalization modèle à deux étages. ( info)

8/164. L'impact de l'affaiblissement de mémoire sémantique sur l'épellation : évidence de la démence sémantique.

    Nous avons évalué des capacités d'épellation et de lecture dans 14 patients présentant la démence sémantique (avec des divers niveaux d'affaiblissement sémantique) et 24 commandes assorties, utilisant l'épellation-à-dictée et les essais de lecture unitermes qui ont manoeuvré la régularité des correspondances entre l'épellation et le bruit, et la fréquence de mot. Tous les patients ont exhibé des déficits d'épellation et de lecture, excepté aux parties de la maladie. L'étude longitudinale de sept des patients a indiqué davantage de détérioration dans l'épellation, la lecture, et la mémoire sémantique. L'exécution des groupes de sujet sur l'épellation et la lecture a été affectée par la fréquence de régularité et de mot, mais ces effets étaient sensiblement plus grands pour les patients. L'épellation des mots avec (ou plus avec précision, imprévisible) les correspondances exceptionnelles de bruit-à-épellation était la plus altérée, et la majorité d'erreurs étaient les rendus phonologique plausibles des mots de cible. La lecture des mots de basse fréquence avec les correspondances exceptionnelles d'épellation-à-bruit a été également sensiblement altérée. Les déficits d'épellation et de lecture ont été corrélés avec, et dans notre interprétation sont attribués à, l'affaiblissement sémantique. ( info)

9/164. Évidence convergente pour le rôle des régions occipital dans le traitement orthographique : un cas de dyslexie extérieure développementale.

    Récemment, là ont été plusieurs rapports se concentrant sur la base neurale pour la reconnaissance du mot. Deux vues différentes ont émergé : on soulignant le rôle du gyrus angulaire gauche en identifiant des mots imprimés, et la deuxième vue suggérant que le traitement de texte visuel active le cortex gauche d'extrastriate. Cet article décrit le cas de D'ÉBÈNE, une fille de 14 ans avec une lésion de cerveau tôt étendue (congénital le plus susceptible) dans le lobe occipital gauche. Elle démontre un modèle clair de dyslexie extérieure développementale du fait elle est plus réussie aux mots réguliers de lecture et d'épellation que des mots irréguliers et fait des erreurs fréquentes de régularisation. Ainsi, D'ÉBÈNE est le premier cas rapporté avec le potentiel d'établir l'évidence convergente pour le rôle des régions d'extrastriate dans l'hémisphère gauche dans l'acquisition des représentations orthographiques. ( info)

10/164. Le dysgraphia majuscule sélectif avec la perte de langage figuré visuel de lettre forme : une fenêtre sur l'organisation des modèles de graphomotor.

    Nous rapportons un patient qui, après une lésion parieto-occipital gauche, a montré l'alexie et le dysgraphia sélectif pour les lettres majuscules. Il a montré l'épellation orale préservée, liée à l'affaiblissement d'écriture dans toute la production écrite ; l'écriture spontanée, l'écriture à la dictée, les vrais mots, les pseudowords, et les lettres simples étaient affectés. La grande majorité d'erreurs étaient les substitutions bien formées de lettre : la plupart d'entre elles a été située sur la première position de chaque mot, que le patient a toujours écrite dans le haut de casse (pendant qu'il avait l'habitude de faire avant sa maladie). Le patient a également montré une incapacité complète d'accéder à la représentation visuelle des lettres. Comme démontré par une analyse de segmentation de course, les substitutions de lettre ont suivi une règle de similitude de graphomotor. Nous proposons que le patient' ; l'affaiblissement de s était à l'étape où le choix du modèle spécifique de graphomotor pour chaque lettre est fait et cela la rupture sélective apparente du cas capital était due à une plus grande similitude de course parmi des lettres appartenant au même cas. Nous concluons qu'un format visuel n'est nécessaire ni pour l'épellation ni pour l'écriture. ( info)
(Traduit de l'anglais par Altavista Babel Fish)| Suivant ->


Laisser un message sur 'Dyslexie'


N'évalue pas ni ne garantit l'exactitude des contenus de ce site. Cliquez ici pour accéder au texte complet de l'avertissement.