Cas Rapportés "Fièvres Hémorragiques Virales"
(Traduit de l'anglais par Altavista Babel Fish)

Filtrage par mots-clés:



Recherche des documents. Attente svp...

1/12. Gestion des patients infecté par le virus d'un Sabia dans un hôpital des USA.

    OBJECTIF : Pour décrire les précautions d'hôpital employées pour isoler un virus de Sabia (arénavirus : arenaviridae) - patient infecté dans un hôpital des USA et pour protéger le personnel hospitalier et les visiteurs. CONCEPTION : La recherche sur un cas simple de l'infection laboratoire-acquise par arénavirus et associé cas-prend contact avec. ARRANGEMENT : 900 un lit, tertiaire-soin, centre médical université-filiale. PATIENTS OU D'AUTRES PARTICIPANTS : Le cas-patient est devenu malade avec l'infection de virus de Sabia. Cas-prend contact avec les membres du personnel soignant, les collègues, les amis, et les parents composés du cas-patient. INTERVENTION : Des précautions augmentées d'isolement pour le traitement d'un patient viral de la fièvre hémorragique (VHF) ont été mises en application dans l'arrangement clinique de laboratoire et de patient-soin pour empêcher la transmission nosocomial. Les précautions augmentées incluses empêchant la diffusion d'aérosol du virus du patient ou de ses spécimens cliniques. Tout cas-prend contact avec ont été examinés pour des anticorps de virus de Sabia et surveillés pour des signes et des symptômes de la première maladie. RÉSULTATS : Cas de l'infection secondaire ne s'est pas produit parmi 142 cas-prend contact avec. CONCLUSIONS : Avec la fréquence du voyage mondial, des patients présentant le VHF peuvent être admis à un hôpital local à tout moment aux Etats-Unis. L'utilisation des précautions augmentées d'isolement pour le VHF a semblé être efficace en empêchant des cas secondaires en limitant le nombre de contacts et en favorisant la manipulation appropriée des spécimens de laboratoire. Des patients présentant le VHF peuvent être contrôlés sans risque dans un arrangement d'hôpital local, à condition que des précautions appropriées soient prévues et mises en application. ( info)

2/12. Diagnostics moléculaires des fièvres hémorragiques virales.

    Cette revue adresse les diagnostics des fièvres hémorragiques virales (VHFs). Dans la première partie, une vue d'ensemble est donnée sur des méthodes classiques de diagnostics de VHF aussi bien que les outils diagnostiques moléculaires originaux. Des analyses actuellement disponibles de l'amplification en chaîne par réaction (ACP) pour le diagnostic du VHF sont récapitulées et discutées. Dans la deuxième partie, des diagnostics de VHF sont décrits en particulier pour la fièvre de Lassa, la fièvre jaune, et la fièvre hémorragique du Criméen-congo, basée sur les cas dans lesquels ont été importés ou produits en europe. La troisième partie est concentrée sur des diagnostics différentiels importants de VHF. ( info)

3/12. glaucome aigu dans la fièvre hémorragique avec le syndrome rénal (epidemica de nephropathia).

    On a observé l'oedème bilatéral de paupière, le chemosis, l'injection et les hémorragies conjonctivales, shallowing de la chambre antérieure avec la myopie transitoire, et le glaucome aigu dans trois patients présentant la fièvre hémorragique avec le syndrome rénal (epidemica de nephropathia). Un patient a eu l'uveitis antérieur avec des synechiae postérieurs. Deux patients ont eu la congestion des venules rétiniens et de l'oedème rétinien, et un patient a eu de petites hémorragies rétiniennes. L'angiographie de fluorescéine a indiqué la fuite tôt des capillaires conjonctivaux et a retardé le remplissage des artérioles rétiniennes inférieures avec l'oedème rétinien. Le glaucome aigu s'est abaissé rapidement. La myopie a disparu lentement avec un approfondissement progressif de la chambre antérieure après le début de la phase diurétique de la maladie. Dans l'epidemica de nephropathia, shallowing transitoire de la chambre antérieure, la myopie, et le glaucome aigu sont dus aux lésions dans les petits vaisseaux sanguins du corps ciliary, ayant pour résultat son gonflement, avec la relaxation des zonules et du mouvement vers l'avant de l'objectif. ( info)

4/12. Fièvre hémorragique mortelle provoquée par le virus de West Nile aux Etats-Unis.

    FOND : La plupart des infections du virus de West Nile (WNV) chez l'homme sont asymptomatiques ; la maladie grave se produit dans relativement peu de patients et se manifeste typiquement comme encéphalite, méningite, ou paralysie flasque aiguë. Quelques cas de la maladie représentant un danger pour la vie avec des manifestations hémorragiques diffuses ont été rapportés en Afrique ; cependant, cette présentation clinique n'a pas été documentée pour le > l'un des ; 16.700 cas de la maladie de WNV ont rapporté aux Etats-Unis pendant 1999-2004. Nous décrivons un cas de l'infection fulminante de WNV dans un homme de la Floride de 59 ans qui est mort en suivant une brève maladie qui a ressemblé à la maladie hémorragique provoquée par reckettsii de rickettsia, virus de dengue ou virus de fièvre jaune. MÉTHODES : Des analyses diagnostiques traditionnelles et contemporaines, y compris l'isolement de culture, examen à microscope électronique, amplification renversée-transcriptase d'amplification en chaîne par réaction, et taches immunohistochemical, ont été employées pour confirmer l'infection systémique de WNV dans le patient. RÉSULTATS : WNV a été isolé dans une culture de cellules d'un spécimen de biopsie de peau obtenu à partir du patient sous peu avant la mort. L'examen à microscope électronique a identifié l'isolat comme flavivirus, et l'amplification en chaîne par réaction renversée-transcriptase a amplifié des ordres spécifiques de WNV du tissu d'isolat et de patient. L'amplification en chaîne par réaction quantitative a identifié approximativement 1x10 (7) copies/mL viral dans le patient' ; sérum de s. Des antigènes de WNV ont été détectés par les taches immunohistochemical dans les cellules mononucléaires intravasculaires et l'endothélium dans la peau, le poumon, le foie, le rein, la rate, la moelle, et le système nerveux central ; aucun antigène viral n'a été identifié en neurones ou cellules glial du système nerveux central. CONCLUSIONS : Bien que la maladie hémorragique soit une manifestation rare de l'infection de WNV, les résultats fournis par ce rapport peuvent offrir de nouvelles perspicacités concernant le spectre et la pathogénie cliniques de la maladie de WNV chez l'homme. ( info)

5/12. Observations cliniques de première main des manifestations hémorragiques dans la fièvre hémorragique d'Ebola au Zaïre.

    Environ pendant 5 semaines après le commencement de la manifestation de fièvre de virus d'Ebola dans Yambuku, Zaïre, on a observé plusieurs cas aigus de la maladie. Toute la ceux affectées a eu les signes et les symptômes communs suivants : début soudain de fièvre élevée, avec des froids, le mal de tête, la myalgie, l'anorexie, la nausée, la douleur abdominale, la gorge endolorie, le visage sans expression, et la prostration profonde. Dans certains cas, dessus autour du cinquième jour de la phase aiguë, l'aspect d'une éruption exanthematous sur le tronc a annoncé les manifestations hémorragiques : conjonctivite hémorragique, ulcérations de saignée dans la bouche et sur les lèvres, saignement gingival, hematemesis, et melena ; l'epistaxis, le saignement d'oreille, l'hématurie, et les hémorragies puerpérales ont été également rapportés. Tous ces cas hémorragiques ont eu des résultats mortels dans environ une semaine. Les manifestations hémorragiques étaient moins graves dans les cas qui se sont produits vers la fin de la manifestation que dans les premiers cas rapportés. Les manifestations hémorragiques étaient moins fréquentes et moins grave, ou même absent, dans les cas non mortels (convalescents, sérologiquement confirmés). Aucune recherche biologique sur l'affaiblissement hémostatique n'a pu être effectuée dans les conditions de secours de cette étude sur le terrain. ( info)

6/12. 3C//DTD HTML 4.01 Transitional//EN">

    Yahoo! Babel Fish - Text Translation and Web Page Translation ( info)

7/12. Les fièvres hémorragiques de l'Afrique australe en se référant tout particulièrement aux études dans l'institut sud-africain pour la recherche médicale.

    Dans cet examen des études sur les fièvres hémorragiques de l'Afrique australe effectuées dans l'institut sud-africain pour la recherche médicale, l'attention a été attirée à l'occurrence de la septicémie méningococcique dans les recrues à l'industrie minière et l'armée sud-africaine, aux cas de la septicémie staphylococcique et streptococcique avec des manifestations hémorragiques, et à l'occurrence de la peste qui, sous sa forme septicemic, peut causer un état hémorragique. " ; Onyalai, " ; une maladie de saignement en Afrique tropicale, souvent mortelle, a été liée à la thrombocytopénie profonde probablement après administration de médecine toxique de docteur de sorcière. Les maladies de Spirochetal, et les maladies rickettsiales sous leurs formes graves, sont souvent manifestées avec des complications hémorragiques. Des infections d'entérovirus, les virus de Coxsackie B ont de temps en temps causé l'hépatite grave liée au saignement, particulièrement dans les bébés nouveau-nés. Des cas de la fièvre hémorragique présentant en février le mars 1975 sont décrits. La première manifestation était due à la maladie virale de Marburg et la deuxième, qui a inclus sept cas mortels, a été provoquée par le virus de fièvre de Vallée du Rift. Dans des cas récents de fièvre hémorragique une série d'organizations contagieuses ont été incriminées comprenant des infections bactériennes, les maladies rickettsiales, et des maladies virales, y compris des hominis de Herpesvirus ; dans un patient, l'état hémorragique a été lié à la rubéole. Un garçon qui est mort dans un état hémorragique s'est avéré pour avoir la fièvre du congo ; un autre patient qui est mort du saignement grave des poumons a été atteint du canicola de leptospira, et de deux patients qui ont développé un état hémorragique après qu'un voyage de safari au botswana nordique aient été atteints du rhodesiense de trypanosoma. Une maladie s'est manifestée par fièvre élevée et melena développés chez un jeune homme après une visite au zimbabwe ; le patient s'est avéré pour avoir la maladie virale de malaria et de Marburg. ( info)

8/12. Fièvre hémorragique d'Ebola : Tandala, Zaïre, 1977-1978.

    Le virus d'Ebola a été récupéré d'une fille âgée de neuf ans qui est morte de la fièvre hémorragique aiguë en juin 1977 à l'hôpital de Tandala au Zaïre du nord-ouest, dans le cas identifié d'abord rapporté de cette maladie depuis les épidémies de découverte de 1976 au Zaïre et au Soudan. Les investigations entreprises dans la région de Tandala ont indiqué que deux infections cliniques précédentes avec le virus d'Ebola s'étaient produites en 1972 et cela environ 7% des résidants a eu les anticorps immunofluorescents au virus. De plus jeunes que 30 ans de femelles ont eu une plus forte présence des anticorps que des mâles d'âge comparable, mais au-dessus de l'âge de 30 ans il n'y avait aucune différence de sexe. Aucun autre indice au réservoir normal encore-mystérieux du virus d'Ebola n'a été découvert. ( info)

9/12. recherche de Virologic sur un cas de fièvre hémorragique suspectée.

    Après déplacement en Afrique subdésertique, un secteur connu pour des cas sporadiques de l'infection de virus de Marburg, un jeune homme suédois a présenté avec une image classique de la fièvre hémorragique virale grave compliquée par coagulation et septicémie intravasculaires disséminées. Les échantillons de sérum examinés par la microscopie électronique ont indiqué des particules d'une taille compatible avec des filovirions. Les essais indirects d'anticorps fluorescent ont indiqué la séroconversion passagère au virus de Marburg. Dans la transformation de lymphocyte les analyses des cellules ont isolé dans le patient pendant 11 mois après le début de la maladie aiguë, Marburg l'antigène que viral pouvait stimuler le fois de la prolifération 3.9 de lymphocyte ; cependant, les tentatives approfondies d'isoler le virus du sang aigu de phase ont cultivé in vitro ou in vivo des cobayes et des singes a échoué. Les données suggèrent que ce patient ait pu avoir été atteint d'un filovirus. Ce cas démontre les difficultés qui peuvent se produire dans le diagnostic de laboratoire des fièvres hémorragiques virales. ( info)

10/12. la cystite hémorragique Adénovirus-associée a traité avec de la ribavirine intraveineuse.

    La transplantation suivante de moelle de cystite hémorragique d'adénovirus se produit dans 2 à 16% des patients. Tout en habituellement individu-limitant, cette maladie peut causer la morbidité et même la mortalité significatives dans le patient immunocompromised. Les facteurs de risque incluent la greffe contre la maladie de centre serveur et pré-transplantent la séropositivité à l'adénovirus. Le traitement standard de ce désordre se compose de l'hydratation, de la diurèse et des analgésiques. L'échec de ces mesures mène aux transfusions sanguines multiples, à la morbidité patiente grave et à la mort possible. Quand la thérapie conservatrice est non réussie, il n'y a aucun niveau de soin prouvé. Nous ribavirine utilisée récemment, un agent antiviral de large-spectre contre l'infection d'adénovirus in vitro, pour traiter la cystite hémorragique d'adénovirus réfractaire après la transplantation de moelle. L'hématurie et la symptomatologie urinaire résolues sans effets secondaires démontrables. Nous présentons la ribavirine comme alternative thérapeutique quand le traitement conservateur pour la cystite hémorragique d'adénovirus échoue. ( info)
(Traduit de l'anglais par Altavista Babel Fish)| Suivant ->


Laisser un message sur 'Fièvres Hémorragiques Virales'


N'évalue pas ni ne garantit l'exactitude des contenus de ce site. Cliquez ici pour accéder au texte complet de l'avertissement.