Cas Rapportés "Kystes Odontogènes"
(Traduit de l'anglais par Altavista Babel Fish)

Filtrage par mots-clés:



Recherche des documents. Attente svp...

1/244. Formation image d'os de radionucléide dans la planification de traitement chirurgical des keratocysts odontogenic.

    Les lésions bénignes localement agressives des mâchoires, telles que les keratocysts et les ameloblastomas odontogenic, exigent l'excision complète en raison de l'incidence élevée de la répétition après le déplacement chirurgical inachevé. En raison des limitations de la radiologie conventionnelle comme technique unique pour déterminer l'ampleur de ces lésions, l'utilisation des agents de l'os-formation image 99m-technetium-labeled est suggérée. Cette méthode de définir l'endroit des marges chirurgicales est basée sur l'agent' ; sensibilité de s comme indicateur des changements subtiles du métabolisme d'os. On présente un cas d'un keratocyst odontogenic récurrent exceptionnellement grand dans lequel la planification du procédé chirurgical a été affirmée sur les résultats d'un balayage d'os des mâchoires en plus de la radiologie conventionnelle. Cette procédure de diagnostic, particulièrement une fois utilisée en même temps que la radiologie conventionnelle, semble être de valeur considérable en définissant l'ampleur d'une série de lésions osseuses oral-maxillofacial. ( info)

2/244. Keratocysts d'Odontogenic dans 5 ans : manifestations initiales de syndrome nevoid de carcinome de cellules basiques.

    Le but de ce document est de rapporter l'occurrence des keratocysts odontogenic dans un enfant en bas âge. Les keratocysts d'Odontogenic sont l'un des principaux dispositifs du syndrome nevoid de carcinome de cellules basiques. Leur occurrence dans ce syndrome a lieu habituellement pendant les deuxièmes ou troisième décennies de la vie. Ce rapport décrit l'occurrence des keratocysts odontogenic dans 5 ans, qui s'est avéré être la présentation initiale du syndrome nevoid de carcinome de cellules basiques et accentue la nécessité de considérer ce syndrome comme diagnostic possible dans toutes les caisses de keratocysts odontogenic. ( info)

3/244. kyste odontogenic glandulaire : un rapport de cas.

    Le kyste odontogenic glandulaire (GOC) est une lésion extrêmement rare se produisant dans les mâchoires. Le kyste de Sialo-odontogenic a été décrit la première fois comme lésion multicystic ressemblant à un kyste odontogenic botryoid (BOC) ou à un carcinome mucoepidermoid central par Padayachee en 1987. En 1988, Gardner a employé le " de limite ; cyst" odontogenic glandulaire ; et considéré lui comme variante histologique de BOC. La plupart des auteurs ont convenu que GOC était odontogenic en raison du concurrent boule-comme la structure épithéliale, l'ameloblastoma, odontogenic squamous tumeur-comme la prolifération dans son mur, ou les corps diaphanes dans la doublure d'épithélium. Récemment, les études immunohistochemical des profils de cytokeratin ont également soutenu ce concept. Son comportement agressif et la tendance récurrente le rendent important. Un nouveau cas de GOC dans un mâle de 59 ans présent comme radiolucency multilocular dans la région antérieure de la mâchoire inférieure, envahissant l'espace de moelle /courgette par les îles épithéliales est décrit avec d'autres configurations clinicopathologic et la littérature est brièvement discutée. ( info)

4/244. Participation cystique rapide d'une troisième molaire inférieure.

    Le changement cystique peut se produire en association avec partiellement et les troisième molaires inférieures unerupted. Ce rapport de cas décrit un kyste paradental inflammatoire qui s'est développé sur relativement une courte période et présenté avec des symptômes aigus. ( info)

5/244. tomographie par ordinateur dans la gestion et suivi de lésion periapical étendue.

    Les radiographies sont de bonnes aides diagnostiques dans l'endodontics, bien qu'elles aient des limitations. Le but de cet article est de discuter l'utilisation de la tomographie par ordinateur dans le diagnostic différentiel, la planification de traitement, le suivi et la gestion clinique globale des lésions periapical complexes. Un cas clinique d'une lésion periapical symptomatique étendue de la mâchoire supérieure est présenté, dans laquelle l'utilisation de la tomographie par ordinateur a permis l'évaluation de l'ampleur vraie de la lésion et de son rapport spatial avec les bornes limites anatomiques importantes. La tomographie par ordinateur a également fourni des informations spécifiques au sujet du type de lésion et du degré de réparation d'os qui avait eu lieu pendant 18 mois après que le traitement non-surgical avait été accompli. ( info)

6/244. Keratocysts odontogenic multiples dans le syndrome mental de retardement-surcroissance (Simpson-Golabi-Behmel).

    Nous rendons compte d'un garçon de 10 ans avec le syndrome mental de retardement-surcroissance (Simpson-Golabi-Behmel). L'enfant a eu les dispositifs cliniques typiques comprenant, la surcroissance postnatale, le retardement mental, et un aspect facial caractéristique. Il a été admis pour le traitement des kystes mandibulaires et maxillaires multiples. L'examen histopathologique du tissu de kyste a montré l'épithélium kératinisé. Des keratocysts d'Odontogenic peuvent devoir être ajoutés aux dispositifs typiques de ce syndrome. ( info)

7/244. Mutations de gène de PTCH dans les keratocysts odontogenic.

    Un keratocyst odontogenic (OKC) est une lésion cystique bénigne des mâchoires qui se produit sporadiquement ou en association avec le syndrome nevoid de carcinome de cellules basiques (NBCCS). Récemment, le gène pour NBCCS a été copié et s'est avéré l'homologue humain du gène de polarité de segment de drosophile raccordé (PTCH), un gène suppresseur de tumeur. Le gène de PTCH code une protéine de transmembrane qui agit en opposition à la protéine de signalisation de hérisson, destins de contrôle de cellules, modelant, et la croissance de nombreux tissus, y compris la dent. Nous avons étudié trois caisses de keratocysts odontogenic sporadiques et trois autres enferment associé à NBCCS, recherchant des mutations du gène de PTCH. Le polymorphisme conformationnel à un fil non radioactif et l'ordonnancement direct des produits d'ACP ont indiqué une suppression de 5 paires basses (point d'ébullition) dans l'exon 3 (518delAAGCG) dans un kyste sporadique aussi bien que des mutations dans deux kystes liés à NBCCS, à un non-sens (C2760A) et à un changement (G3499A) faux-sens. Ce rapport est le premier pour décrire une mutation somatique de PTCH dans les keratocysts odontogenic sporadiques aussi bien que deux mutations originales dans les kystes liés à NBCCS, indiquant une pathogénie semblable dans un sous-ensemble de keratocysts sporadiques. ( info)

8/244. Une caisse de kyste odontogenic glandulaire s'est associée à l'ameloblastoma : corrélation de formation image diagnostique avec les configurations histopathologiques.

    Le kyste odontogenic glandulaire (GOC) est un kyste odontogenic rare. Il y a seulement eu d'un rapporté le cas de la présence simultanée de GOC et d'ameloblastoma. Les dispositifs radiographiques de GOC sont bien établis mais M. résultats n'ont pas été décrits. Nous rapportons un cas de GOC lié à l'ameloblastoma en se référant tout particulièrement à la corrélation de la formation image diagnostique avec les configurations histopathologiques. ( info)

9/244. kyste odontogenic glandulaire : absence de mutation de gène de PTCH.

    Le kyste odontogenic glandulaire (GOC) est un kyste rare de mâchoire d'origine odontogenic. Humain raccordé (PTCH) est un gène suppresseur de tumeur qui a été récemment associé à signaler des voies pendant l'odontogenesis. Récemment des changements de ce gène ont été trouvés sur les keratocysts odontogenic sporadiques. Cette évidence, ainsi que les similitudes biologiques de comportement des deux lésions, et l'absence des rapports sur l'analyse moléculaire de GOC, nous ont menés présumer que les mutations de gène de PTCH peuvent être à la base du tumorigenesis de GOC. Par conséquent le but de cette étude était de rapporter un cas additionnel de GOC et d'étudier le gène de PTCH du kyste. Aucune mutation n'a été trouvée dans les régions de épissure et de codage du gène de PTCH. En conclusion, le gène de PTCH ne semble pas être impliqué dans la pathogénie de GOC. ( info)

10/244. Observations in vivo longitudinales sur le keratocyst odontogenic pendant 4 ans.

    Un cas est présenté du keratocyst odontogenic adjacent simultané et du kyste dentigerous se produisant dans le même quart de cercle. Leur comportement, influence et effet in vivo sur l'un l'autre, les tissus environnants et sur le développement de dent pendant 4 ans sont décrits. Ce cas unique peut plus loin avancer l'arrangement du comportement du keratocyst odontogenic in vivo. ( info)
(Traduit de l'anglais par Altavista Babel Fish)| Suivant ->


Laisser un message sur 'Kystes Odontogènes'


N'évalue pas ni ne garantit l'exactitude des contenus de ce site. Cliquez ici pour accéder au texte complet de l'avertissement.