Cas Rapportés "narcose aux gaz inertes"
(Traduit de l'anglais par Altavista Babel Fish)

Filtrage par mots-clés:



Recherche des documents. Attente svp...

1/5. Mononeuropathy de la branche médiale du nerf péronéal profond dans un plongeur autonome.

    Les mononeuropathies périphériques se produisent seulement rarement en association avec la maladie de caissons. Les emplacements précédemment rapportés pour être affecté sont des secteurs d'occlusion potentielle dans lesquels un nerf périphérique traverse un secteur confiné. Dans ces exemples, la pathophysiologie a été présumée pour être pression mécanique dans un espace inclus par une bulle de gaz. Un cas rare est maintenant présenté d'un périphérique mononeuropathy de la branche médiale du nerf péronéal profond dans un surfaçage suivant de plongeur autonome d'un piqué de 195 pieds. Ce cas diffère des rapports antérieurs de mononeuropathy en association avec la maladie de caissons parce que le nerf affecté ne traverse pas un emplacement confiné dans lequel la compression mécanique par une bulle de gaz est probable. On présume le mécanisme des dommages pour être une manifestation de maladie de caissons avec une bulle de gaz causant l'obstruction de flux de sang et un infarctus ischémique. ( info)

2/5. Nécrose d'os aseptique dans les plongeurs japonais.

    L'examen médical a été exécuté sur les plongeurs dans Ohura pendant 7 années de 1969 à 1972. La nécrose d'os aseptique a été trouvée dans 268 de 450 plongeurs (59.5%). Les hommes avec sur 5 ans d'expérience de la plongée étaient fortement affectés (plus de 54.4%). Ces lésions d'os ont été trouvées plus souvent dans l'extrémité proximale du fémur et de l'humérus. Il y avait une incidence sensiblement plus élevée des lésions d'os chez les hommes qui ont plongé plus de 30 mètres. Dans le groupe des hommes avec un ou plusieurs lésions d'os, 73.1% ont été connus pour avoir été traités pour des courbures. L'os, une fois exposé à une certaine compression d'air, aurait une tendance de développer des lésions d'os même après le cessation de la plongée. Le type A2 (opacité linéaire) a mené à la défaillance de structure de la surface commune du fémur et de l'humérus. L'étude histopathologique a été effectuée sur les sections de l'os obtenues à partir de trois cas d'autopsie et quatre ont actionné des caisses. La formation des bulles d'air dans la cavité de moelle a semblé être la plus importante comme cause pour l'occurrence de la nécrose d'os aseptique, et la perturbation circulatoire locale pourrait être la plus responsable de la progression de la lésion d'os. ( info)

3/5. Narcose d'azote et consommation d'alcool--une fatalité de plongée à l'air.

    La narcose d'azote peut causer la mort parmi les plongeurs autonomes expérimentés. L'azote affecte sous pression le cerveau en agissant en tant qu'agent anesthésique. En outre, la consommation de l'éthanol avec la plongée fera produire les symptômes de la narcose d'azote aux profondeurs moins de 30 M. Notre cas a affaire avec un plongeur expérimenté qui a bu les boissons alcoolisées avant la plongée et les symptômes développés de la narcose d'azote à une profondeur. Ces deux conditions ont contribué à sa mort par la noyade. ( info)

4/5. Une fatalité de plongée à l'air.

    Une recherche par une commission d'enquête navale dans les circonstances d'un accident de plongée naval mortel est présentée. Bien que la noyade contribuée aux résultats mortels, embolie gazeuse artérielle massive est pensée pour avoir été la cause du décès principale, et la valeur du balayage post mortem de tomographie calculée pour sa détection est démontrée. La possibilité est discutée de l'erreur de plongeur due au caractère étranger avec l'équipement et les procédures, composé par narcose d'azote. Le déficit de l'expertise des enquêtes coronial dans les décès de plongée est souligné sur un fond de la popularité croissante des sports plongeant autour de l'Australie. Les implications pour l'industrie en mer sont évidentes et suggèrent le besoin d'inspection fédérale de plongée. ( info)

5/5. Observations après la perte de conscience sous l'eau.

    On a étudié deux incidents de plongée dans lesquels 1) un plongeur professionnel expérimenté (a) a perdu la conscience pendant un piqué aérien à 69 mètres, et 2) un plongeur de sports d'amateur (d) a perdu la conscience pendant un piqué aérien de 40 mètres. Dans les essais suivants les deux divers' ; des réponses ventilatoires à l'anhydride carbonique inspiré se sont avérées extrêmement - basses. Dans des conditions de plongée simulées, les plongeurs A et le D ont exhibé la conservation marquée d'anhydride carbonique pendant l'exercice à 30 mètres (extrémité-de marée PCO2 = 65 et 57 mmHg, respectivement) et à 70 mètres, le plongeur A a arrêté le travail en moins minute de 3 en raison du vertige grave. La sensibilité réduite à l'anhydride carbonique, peut-être causée par l'interaction de l'hypercapnie et de la narcose d'azote, est pensée pour avoir été partiellement responsable de ces incidents. ( info)
(Traduit de l'anglais par Altavista Babel Fish)


Laisser un message sur 'Narcose Aux Gaz Inertes'


N'évalue pas ni ne garantit l'exactitude des contenus de ce site. Cliquez ici pour accéder au texte complet de l'avertissement.