Cas Rapportés "Ostéoradionécrose"
(Traduit de l'anglais par Altavista Babel Fish)

Filtrage par mots-clés:



Recherche des documents. Attente svp...

1/131. Ewing' ; répétition de sarcome de s contre la nécrose de rayonnement dans M. contraster-augmenté dynamique formation image : un rapport de cas.

    BUT : Nous rapportons un cas d'Ewing' ; sarcome de s dans le fémur distal droit dans un mâle de 6 ans pour démontrer comment les résultats de résonance magnétique contraster-augmentés dynamiques de la formation image (DEMRI) ont prévu l'histopathologie. MATÉRIAUX ET MÉTHODES : DEMRI a été exécuté à la présentation et pendant et à la fin de la thérapie radiologique de chimiothérapie et. Des études histopathologiques ont été faites à la présentation, à 77 semaines (20 semaines après une rupture pathologique), et de la résection de bloc d'en à 104 semaines. RÉSULTATS : DEMRI a prévu la première réponse de tumeur, l'absence de la répétition de tumeur, la présence de la nécrose et le manque de rupture guérissant, confirmé par l'histopathologie. CONCLUSION : DEMRI est un outil médicalement utile en contrôlant Ewing' ; sarcome de s. ( info)

2/131. Un procédé reconstituant simple pour la nécrose induite par la radiation du canal auditif externe.

    La nécrose localisée de l'os, du cartilage, et du tissu mou du canal auditif externe est un effet secondaire rare de la radiothérapie à la région parotide. Cinq patients ont développé la nécrose en retard de peau de début d'un quart de cercle du canal d'oreille secondaire à un osteoradionecrosis fondamental de l'anneau tympanique. Nous rapportons un procédé en une étape pour exciser le tissu nécrotique et pour le remplacer par un aileron de rotation local dérivé de la peau poteau-auriculaire. Des effets secondaires otologiques de la radiothérapie sont discutés. ( info)

3/131. Une grande prothèse maxillofacial pour le défaut mandibulaire total : un rapport de cas.

    Nous avons avec succès fabriqué une grande prothèse maxillofacial pour le remplacement d'un défaut mandibulaire total résultant du manque chirurgical de reconstruire la mâchoire inférieure. Bien qu'un certain nombre de rapports aient décrit des procédures pour fabriquer les prothèses midfacial, il y a peu d'information sur des prothèses pour compenser la perte totale de la mâchoire inférieure. Une femme de 54 ans a été mentionnée la Division d'art dentaire et de chirurgie orale de l'hôpital national de centre de Cancer avec la perte totale de la mâchoire inférieure et du tissu mou facial environnant. La prothèse faciale que nous avions l'habitude de soigner ce patient est unique parce qu'elle est en juste proportion maintenue sans utilisation des implants extraoral et des adhésifs conventionnels. Cette prothèse est maintenue par les pavillons bilatéraux et les dents avant supérieures restantes. Nous présentons des détails de la conception de cette prothèse maxillofacial de grand silicone, avec laquelle nous avons avec succès remis en état le patient. ( info)

4/131. Radionecrosis retardé du larynx.

    Le rayonnement a été employé pour traiter le carcinome du larynx pendant plus de 70 années. Radionecrosis est une complication bien connue de cette modalité en traitant des néoplasmes de tête et de cou. Il a été décrit dans l'os temporel, le midface, la mâchoire inférieure, et le larynx. Le radionecrosis laryngé est manifesté médicalement par dysphagie, odynophagia, obstruction respiratoire, enrouement, et aspiration récurrente. La grande majorité de patients qui développent le radionecrosis laryngé actuel avec ces symptômes dans un délai de 1 an de traitement ; cependant, des présentations retardées ont été rapportées jusqu'à 25 ans après la radiothérapie. Nous présentons, dans une étude de cas rétrospective, un cas peu commun de radionecrosis laryngé dans un patient qui a présenté plus de 50 ans après traitement avec la radiothérapie pour le carcinome du larynx. Les cas de la nécrose laryngée retardée dans la littérature sont présentés. Ceci représente le plus long intervalle entre le traitement et la présentation dans la littérature. Les détails de la présentation, du cours clinique, et de la formation image diagnostique sont discutés. La pathogénie, les dispositifs cliniques, et les options de traitement pour cette complication rare sont passés en revue. Partie (on peut être traité conservativement et souvent observer le fournisseur I et II) radionecrosis laryngé. Étape tardive (le fournisseur III et IV) cas sont des urgences médicales, de temps en temps ayant pour résultat la morbidité ou la mortalité significative. Des mesures agressives de diagnostic et de traitement doivent être mises en application dans ces cas pour améliorer des résultats. Ce cas représente le plus long intervalle entre le traitement et la présentation initiaux de l'osteoradionecrosis dans la littérature. Une approche diagnostique et thérapeutique structurée est essentielle en traitant ce problème difficile. ( info)

5/131. L'oxygène de barothérapie corrige en raison plexopathy sacré de l'osteoradionecrosis apparaissant 15 ans après irradiation pelvienne.

    En 1982, une femme de 55 ans a été traitée par la radiothérapie totale de cystectomy et d'adjuvant/chimiothérapie pour un leiomyosarcoma du réservoir souple. Quinze ans après elle s'est présentée avec des symptômes et des signes de plexopathy sacré. Les investigations ont indiqué l'osteoradionecrosis du sacrum. La thérapie d'oxygène de barothérapie (HBO2) a été instituée et résolution progressive des plaintes neurologiques a suivi. HBO2 devrait être considéré en contrôlant des conséquences de tard-début dans les patients précédemment irradiés. ( info)

6/131. diagnostic décisif d'osteoradionecrosis mandibulaire infecté avec un anti-granulocyte Fab' de Tc-99m-labelled ; - fragment.

    La norme d'or admise pour la détection de la maladie inflammatoire d'os est balayage triphasé conventionnel d'os. Hyperperfusion, une activité élevée de sang-piscine et le métabolisme élevé d'os sont les signes typiques pour une ostéomyélite aiguë. Cependant, en cas de subaigu, l'inflammation chronique, ni flux de sang élevé ni activité élevée de sang-piscine ne peut être vue. Ceci peut occasionner des difficultés en différenciant de tels cas des changements néo-plastiques ou postopératoires. Ce rapport de cas vérifie l'avantage possible de l'immunoscintigraphy avec l'anti-granulocyte Fab' de Tc-99m-labelled ; - fragments (LeukoScan) dans un patient avec l'osteoradionecrosis mandibulaire infecté, qui a eu des symptômes cliniques équivoques et des résultats radiographiques incertains. LeukoScan s'avère plus sensible en cas d'inflammation subaiguë d'os comparée au balayage triphasé d'os. Cependant, l'acquisition des images retardées après 24 heures comprenant SPECT est inévitable en cas de balayages négatifs pendant les premières heures de la recherche. ( info)

7/131. Osteoradionecrosis de l'os hyoïde : un rapport de 3 cas.

    BUT : Osteonecrosis de l'os hyoïde est une maladie rare qui seulement a été décrite de temps en temps dans la littérature. MATÉRIAUX ET MÉTHODES : Nous rapportons 3 cas d'osteonecrosis de l'os hyoïde après thérapie radiologique pour le carcinome à de divers emplacements dans la région de tête et de cou. RÉSULTATS : Des balayages de la tomographie calculée de formation image (CT) ont été exécutés pour chacun des 3 cas et ont facilité le diagnostic. Dans 1 cas, une scintigraphie 201thallium et un balayage d'os (99mtechnetium-diphosphonate) ont été exécutés et ceci ont confirmé le diagnostic de l'osteoradionecrosis. CONCLUSION : Osteoradionecrosis de l'os hyoïde peut être mal diagnostiqué en tant que néoplasme récurrent. Bien que la maladie néo-plastique récurrente ou persistante doive au commencement être éliminée, il est plus tard important d'identifier correctement l'osteonecrosis de l'os hyoïde, parce que son traitement chirurgical est simple et le pronostic est bon. ( info)

8/131. Osteoradionecrosis des vertèbres cervicales et de l'os occipital : un rapport de cas et un bref examen de la littérature.

    Osteoradionecrosis (Orn) est une complication commune de thérapie radiologique. Nous présentons le premier cas rapporté dans la littérature de l'Orn impliquant les premières et deuxièmes vertèbres cervicales et l'os occipital dans un patient qui a été soigné avec la chirurgie et la thérapie radiologique 9 ans d'antérieure pour un carcinome des cellules TxN3M0 squamous du cou gauche résultant d'une origine primaire inconnue. Un bref examen de la pathophysiologie et du traitement de ce processus pathologique est également présenté. Bien que la mâchoire inférieure soit l'emplacement le plus généralement affecté dans la tête et le cou, l'Orn peut se développer dans un endroit peu commun sans n'importe quel trauma précédent et montrer un cours insidieux mais rapidement progressif. On pense que la pathophysiologie de l'Orn est une insuffisance métabolique et homéostatique complexe créée par des dommages et la fibrose cellulaires induits par la radiation, qui est caractérisée par la formation du tissu hypoxique, hypovascular, et hypocellular. L'os irradié perd ses possibilités pour augmenter les conditions métaboliques et l'apport nutritif exigés pour remplacer le collagène normal et les composants cellulaires perdus par l'usage courant. Ceci a comme conséquence la panne de tissu et la formation d'une blessure nonhealing chronique. L'infection joue seulement un rôle de contaminant, avec le trauma étant un facteur de lancement possible. Le diagnostic de l'Orn commence par un examen physique complet, y compris l'examen et la biopsie fibreoptiques de n'importe quelle lésion soupçonneuse à éliminer la possibilité de tumeur récurrente. Le traitement de l'Orn exige généralement le débridement de la thérapie d'os nécrotique et d'oxygène de barothérapie. Le chirurgien de tête et de cou doit posséder un niveau important de soupçon pour diagnostiquer promptement l'Orn et pour lancer le traitement tôt. En raison des similitudes dans la présentation clinique, l'étape la plus importante dans la gestion initiale de l'Orn suspecté est d'éliminer la possibilité de répétition de tumeur ou d'un nouveau primaire. ( info)

9/131. Pneumocephalus spontané retardé de tension provoqué par le radionecrosis de la base de crâne.

    Nous rapportons un cas de pneumocephalus spontané de tension qui s'est produit 6 ans après la radiothérapie pour un carcinome nasopharyngal. Un défaut de base de crâne et une fistule nasocranial causant le pneumocephalus de tension ont été identifiés, et ont été réparés avec succès. Il s'est avéré dû à l'osteoradionecrosis de base de crâne. ( info)

10/131. Osteoradionecrosis de l'os temporel dans le carcinome nasopharyngal après la radiothérapie : un rapport de cas.

    Osteoradionecrosis de l'os temporel après la radiothérapie d'external-faisceau pour le carcinome nasopharyngal n'est pas rare après un long intervalle après traitement. Nous décrivons le cas d'un homme qui avait éprouvé cette complication 13 ans après qu'il avait subi une telle radiothérapie. Sien conditionnent resolved après déplacement d'os mort du canal auditif externe, suivi de thérapie antibiotique et de toileting auditif périodique. ( info)
(Traduit de l'anglais par Altavista Babel Fish)| Suivant ->


Laisser un message sur 'Ostéoradionécrose'


N'évalue pas ni ne garantit l'exactitude des contenus de ce site. Cliquez ici pour accéder au texte complet de l'avertissement.