Cas Rapportés "Dermatoses Virales"
(Traduit de l'anglais par Altavista Babel Fish)

Filtrage par mots-clés:



Recherche des documents. Attente svp...

1/82. Zoster d'herpès dans un mois-vieil enfant en bas âge 7 : un rapport et une revue de cas.

    Le zoster d'herpès (hertz) est une infection virale cutanée de la peau qui présente dans une distribution dermatomal. Il représente la réactivation du virus de zoster de varicella d'herpès qui a continué à exister sous une forme latente dans les neurones des ganglions de racine postérieure. Bien qu'il soit rare de voir l'hertz chez les enfants, des cas ont été rapportés dans l'utérus après exposition au zoster de varicella ou pendant les premiers mois de la vie. Nous présentons un cas d'hertz dans 7 sains une mois-vieille fille qui avait eu la varicelle à l'âge pendant 4 mois. ( info)

2/82. Zoster d'herpès dans sept dermatomes disparates (multiplex de zoster) : rapport d'un cas et d'un examen de la littérature.

    Le zoster d'herpès multidermatomal Noncontiguous est très rare chez les personnes immunocompetent et immunocompromised. La plupart des cas rapportés ont été limitées à 2 dermatomes noncontiguous. Cette présentation unique désigné sous le nom des unilateralis ou des bilateralis de duplex de zoster, selon si une ou les deux moitiés du corps sont impliquées. La dermatite granulomateuse aux emplacements du zoster d'herpès marque, une réponse isotopique rare, a été seulement rapportée chez les personnes avec les dermatomes contigus du zoster. Nous décrivons un patient immunocompromised qui a développé le zoster d'herpès dans 7 dermatomes disparates. Pendant trois mois après la résolution du zoster, le patient a développé une dermatite granulomateuse dans une distribution zosteriform aux emplacements de l'infection précédente. ( info)

3/82. Cutis de leucémie dans la leucémie lymphocytique aiguë déguisant en tant qu'exanthem viral.

    Le cutis de leucémie est une lésion de peau spécifique provoquée par l'infiltration des cellules leucémiques dans la peau. Il est rare dans la leucémie lymphocytique aiguë (TOUTE). Il se manifeste typiquement en tant que des papules rouges ou violaceous, nodules, ou plaques, principalement sur le visage. Le cutis de leucémie présentant avec un viral généralisé exanthem-comme l'éruption maculopapular semble être rare dans la littérature anglaise. Nous rapportons un tel cas. Un homme de 19 ans s'est présenté avec une éruption maculopapular purpurique généralisée de ' de huit jours ; durée de s. Les études hématologiques ont montré des changements de leucémie lymphocytique aiguë, type à cellule T. Un spécimen de biopsie de peau a indiqué a manchette-comme, infiltration dense et périvasculaire des lymphocytes atypiques dans le haut et mi-derme, compatibles au cutis de leucémie. L'éruption résolue en deux semaines après la chimiothérapie. Notre cas illustre que le cutis de leucémie devrait être considéré dans le diagnostic différentiel d'un morbilliform généralisé viral exanthem-comme des éruptions. La biopsie de peau est importante en établissant le diagnostic. ( info)

4/82. Étude longitudinale d'un patient présentant le multiforme herpès-recto-virus-associé d'érythème : utilisation expression de gène et de répertoire viraux de T cell.

    FOND : Le multiforme d'érythème est une éruption self-limited et souvent récurrente polymorphe qui peut suivre l'infection du virus d'herpès simplex (HSV), par ceci indiquée HÉMIQUE. Les études des groupes de patients relativement grands pendant un épisode récurrent ont indiqué que la pathogénie HÉMIQUE est associée à l'expression de gène de HSV, à l'infiltration Vbeta2 à cellule T de la peau de lesional et à l'utilisation à cellule T changée de répertoire du récepteur (TCR) par les cellules mononucléaires HSV-stimulées de sang périphérique (PBMC). Cependant, des répétitions HÉMIQUES ne sont pas toujours précédées par des éruptions manifestes de HSV et le virus ne peut pas être isolé dans la peau HÉMIQUE de lesional. Par conséquent, il est inconnu si toutes les répétitions HÉMIQUES éprouvées par un patient donné soient HSV connexes. OBJECTIF : Les études décrites dans ce rapport ont été conçues pour examiner si toutes les répétitions HÉMIQUES éprouvées par un patient donné sont HSV connexes. MÉTHODES : Nous décrivons un patient qui a été étudié longitudinalement pendant 6 répétitions HÉMIQUES et dans les périodes lésion-libres intervenantes. La peau de Lesional de tous les épisodes HÉMIQUES a été étudiée pour l'expression et l'infiltration de gène de HSV par des cellules de T Vbeta2 et Vbeta3. On a analysé PBMC obtenus à ces heures pour l'utilisation de répertoire de TCR sur la stimulation de HSV. RÉSULTATS : La peau de Lesional de tous les épisodes HÉMIQUES était positive pour l'expression de gène de HSV (arn et protéine) aussi bien que l'infiltration du T cell Vbeta2. PBMC HSV-stimulé obtenu à ces heures a eu un répertoire changé de TCR caractérisé par une prédominance des cellules Vbeta2. La durée de l'infiltration virale d'expression de gène, de cellules Vbeta2 et utilisation changée de répertoire de TCR s'est corrélée avec la durée des symptômes cliniques. CONCLUSION : Les données suggèrent que HSV et un composant virus-spécifique d'immunopathology soient impliqués dans la causation de tous les épisodes HÉMIQUES éprouvés par le patient. ( info)

5/82. Herpès et la tête et le cou : les difficultés dans le diagnostic.

    Un cas de l'herpès primaire de la tête et du cou est présenté. La source exacte d'infection et diagnostic précis a prouvé difficile à établir, mais l'évidence a tendu à soutenir un diagnostic de l'infection de zoster de varicella par opposition à une infection de simplex d'herpès, bien qu'une infection duelle n'ait pas été éliminée. Le simplex d'herpès a les dispositifs cliniques spécifiques qui rendent habituellement sa distinction à partir du zoster de varicella définie. Dans ce cas-ci nous avons compté fortement sur des investigations de laboratoire pour améliorer l'exactitude de notre diagnostic puisque les caractéristiques cliniques ont été brouillées. À la différence du zoster de varicella là a été peu écrit au sujet des infections de simplex d'herpès affectant spécifiquement l'oreille, le visage et le cou. ( info)

6/82. L'ulcère périanal de cytomégalovirus dans HIV a infecté le patient : rapport de cas et examen de la littérature.

    Nous rapportons le cas d'un homme de 25 ans avec le syndrome acquis d'immunodéficit, se présentant avec l'ulcère et la diarrhée périanaux. Il a eu les essais immunocytochemical positifs pour le cytomégalovirus (CMV) en circulant les cellules polymorphonucléaires (PMN). Le spécimen de biopsie était suggestif CMV de l'infection, et l'immunoperoxydase spécifique pour CMV des antigènes a franchement souillé les cellules et les fibroblastes endothéliaux. Dans ce rapport nous passons en revue l'infection CMV cutanée dans les patients immunocompromised. ( info)

7/82. Herpès incognito.

    Un microscopiste peut-il suspecter que les changements histopathologiques indicateurs de l'infection par herpesvirus (varicella, zoster, ou simplex) soient voisins même lorsqu'aucun changement épithélial diagnostique n'est présent dans les sections étant étudiées ? des spécimens de Poinçon-biopsie de trois patients sont présentés ; dans deux de ces cas l'infection de herpesvirus n'était pas même une considération clinique. Les sections histopathologiques initiales de ces patients n'ont pas montré des changements de l'infection de herpesvirus, mais les sections d'étape ont indiqué les changements diagnostiques focaux. Les lymphocytes atypiques étaient présents dans chacun de ces cas. Quand des lymphocytes atypiques sont trouvés de concert avec un modèle d'une inflammatoire-cellule infiltrent qui ne se conforme avec précision à aucune entité bien définie, un microscopiste devrait considérer que les résultats peuvent représenter des changements près de l'infection par herpesvirus. En outre, nous avons passé en revue chaque cas que nous avons diagnostiqué comme infection de herpesvirus sur une période de dix-huit mois et avons constaté que dedans juste plus de deux-tiers de ces spécimens (32 sur 45 cas), les lymphocytes atypiques ont accompagné les changements épithéliaux caractéristiques induits par herpesvirus. ( info)

8/82. Un cas de leucémie à cellule T adulte de lymphome avec le syndrome hemophagocytic.

    Un femme japonais de 62 ans a été admis à notre clinique avec le syndrome hemophagocytic virus-associé (VAHS) dans la leucémie à cellule T adulte sous-cutanée de lymphome (ATLL). L'aspiration de moelle a montré le hypocellularity, le hyperplasia histiocytic, et le hemophagocytosis. Il y avait d'évidence sérologique de l'infection chronique de cytomégalovirus (CMV). Le syndrome hemophagocytic (HPS) s'est au commencement amélioré par quelques traitements, et la remise expérimentée postérieure de patient plusieurs fois, mais l'infection CMV a persisté. La plupart des cas de HPS non-tumoral dans les adultes sont associés à l'infection virale ou bactérienne, et les maladies fondamentales dans HPS non-tumoral sont la plupart du temps des hémopathies, particulièrement lymphome à cellule T (1, 2), mais ATLL est une maladie fondamentale rare dans ces cas-ci. ( info)

9/82. Une caisse de verrues virales avec les corps d'inclusion intracytoplasmiques fibrillaires particuliers.

    On a observé un nouveau type de verrue de peau dans un patient japonais. Il a été caractérisé par les inclusions intracytoplasmiques avec un ' ; fibrillar' ; structure qui étaient distincts des inclusions verrue-associées précédemment décrites. Le papillomavirus (HPV) - antigène group-specific pourrait être détecté, mais hybridation d'adn et amplification d'ACP utilisant des sondes ou des amorces d'ACP spécifiques pour les génotypes principaux de la peau HPV (HPV-63 y compris qui est également associé à ' ; filamentous' ; les inclusions) étaient négatives. Nous considérons que cet effet cytopathe pourrait correspondre à un génotype de HPV qui n'a pas été encore caractérisé. ( info)

10/82. Réactions atypiques cutanées leucémie-associées de lymphome et de T-cell de CD30 .

    CD30 cutané lymphoïde infiltre semble cytologiquement atypique et de temps en temps peut être mal interprété en tant que maladie récurrente quand ils se produisent dans les patients soignés pour d'autres malignités hématologiques primaires. Nous avons récemment rencontré deux tels cas et présentons nos résultats. Un patient présentant le lymphome de B-cellule et des autres avec la leucémie myéloïde ont développé des éruptions cutanées après la chimiothérapie montrant les cellules lymphoïdes périvasculaires fortement atypiques sur l'histologie qui a imité la maladie récurrente. Dans les deux cas, les lymphocytes étaient des cellules de T de CD30 par immunohistochemistry. Les lésions de peau ont spontanément résolu et ne se sont pas reproduites. Puisqu'un cas a été au commencement mal interprété en tant que leucémie récurrente, nous concluons que la corrélation clinique étroite et la confirmation immunophenotypic devraient être faites pour lymphoïde cutané atypique infiltre dans les patients présentant des malignités hématologiques primaires. Nous discutons le diagnostic différentiel de CD30 atypiques infiltre dans cet arrangement, qui incluent le lymphome récurrent ou la leucémie myéloïde, le grand lymphome anaplastique cutané primaire de cellules (ALCL), le papulosis de lymphomatoid (LyP), le pseudolymphoma carbamazepine-induit de CD30 , l'infection virale et une éruption atypique de rétablissement de lymphocyte. ( info)
(Traduit de l'anglais par Altavista Babel Fish)| Suivant ->


Laisser un message sur 'dermatoses virales'


N'évalue pas ni ne garantit l'exactitude des contenus de ce site. Cliquez ici pour accéder au texte complet de l'avertissement.