Cas Rapportés "Sinusite"
(Traduit de l'anglais par Altavista Babel Fish)

Filtrage par mots-clés:



Recherche des documents. Attente svp...

11/653. Mal de tête : thrombose et réponse corticales de veine à l'anti-coagulation.

    La thrombose veineuse cérébrale (CVT) est diagnostiquée plus fréquemment avec l'utilisation de la formation image radiologique avancée. La présentation de CVT inclut une gamme étendue de symptômes non spécifiques avec le mal de tête prédominant. Nous présentons un cas avec le mal de tête aigu et grave. L'évaluation a inclus un balayage principal de la tomographie calculée (CT) qui était normal. La présence des sinus opacified a mené au traitement pour la sinusite. Le patient a renvoyé le jour suivant avec une saisie tonique-clonique généralisée. Une étude de résonance magnétique de la formation image (MRI) a identifié une thrombose veineuse corticale d'isolement. Ce patient a été soigné avec de l'anticonvulsant et la thérapie d'anti-coagulation. Un CVT est une cause peu commune de mal de tête et devrait être considéré dans les patients présentant la présentation atypique ou la saisie associée, ou qui sont réfractaires à la thérapie courante. Le diagnostic peut être fait avec MRI. La résolution et le rétablissement complet sont possibles avec la thérapie appropriée. ( info)

12/653. transplantation rénale dans un patient présentant l'immunodéficit de variable commune.

    Une fille de 15 ans a développé la maladie rénale de phase finale exigeant la transplantation rénale. La thérapie d'immunosuppression de Posttransplantation s'est composée de la globuline, des glucocorticosteroids, du cyclosporine A, et de l'azathioprine d'antithymocyte. Le patient' ; cours clinique de s après que la transplantation ait été compliquée par plusieurs épisodes de rejet de greffe, d'anémie chronique, de candidiase orale, et de nombreuses infections de la région sinopulmonary qui étaient récalcitrantes aux antibiotiques et à l'intervention chirurgicale. Une évaluation immunologique a montré des anomalies immunisées marquées au delà de cela prévu par l'immunosuppression de greffe. L'examen des échantillons de sérum prélevés avant la greffe a confirmé un diagnostic d'immunodéficit de variable commune. Les difficultés de contrôler l'immunosuppression de posttransplantation dans un patient présentant un immunodéficit primaire sont discutées. Les patients présentant la maladie rénale de phase finale et une histoire des infections sinopulmonary récurrentes peuvent avoir besoin du criblage immunologique avant la transplantation rénale. ( info)

13/653. Abcès de cerveau provoqué par des trichoides de cladosporium (Bantianum) : un cas avec la participation de sinus paranasal.

    Les mycètes de Dematiacious (IE, mycètes avec les hyphae foncés) sont une cause rare et habituellement mortelle de l'infection de système nerveux central. Des trichoides de cladosporium a été impliqués plus souvent. La documentation de la participation supplémentaire-CNS a été rare. Notre patient a eu un abcès de cerveau et une infection de sinus paranasal dus aux trichoides de C. L'organization était sensible à moins qu'ou à l'égale 2mug/ml du flucytosine. Bien que notre patient n'ait pas reçu le flucytosine, il est possible que cette drogue, en raison de son excellente pénétration dans le fluide céphalo-rachidien, puisse être un agent thérapeutique utile dans le cladosporiosis cérébral. ( info)

14/653. L'utilisation de l'ultrason orbital normalisé dans le diagnostic du sinus a induit des infections de l'orbite chez les enfants : un rapport préliminaire.

    Les infections de l'orbite chez les enfants habituellement présentent comme complication de sinusite et peuvent avoir comme conséquence la cécité ou même la mort. La cellulite orbitale (OC) et l'abcès subperiosteal (STATION THERMALE) représentent différentes pathologies dans l'éventail des infections orbitales. La différentiation entre OC et la STATION THERMALE est importante, puisqu'elle implique deux modalités thérapeutiques différentes. Tandis que la STATION THERMALE est habituellement traitée par l'incision et le drainage et les antibiotiques parentéraux, OC peut être traité avec des antibiotiques seuls. Contrastez le balayage augmenté de CT est utilisé généralement dans le diagnostic des infections orbitales, mais ne prouve pas toujours précis dans la différenciation entre ces deux conditions. MRI est supérieur au CT dans la résolution de la pathologie douce de tissu et peut être plus précis dans de telles situations, mais est outil moins disponible de formation image en dehors de l'Amérique du Nord et de l'europe. Il y a eu quelques rapports dans le 1980' tôt ; s sur l'utilisation de l'ultrason orbital normalisé (SOU) en ces deux conditions. Nous avons employé SOU dans sept enfants avec des infections orbitales induites par sinus--quatre avec la STATION THERMALE et trois avec OC. Nous avons passé en revue notre expérience de ces patients et avons comparé les caractéristiques de formation image d'OC et de la STATION THERMALE sur SOU à ceux des modalités conventionnelles de formation image, utilisé dans des infections orbitales. Dans quatre des cas, le balayage de CT était peu concluant, alors que SUO était diagnostique. Dans ce rapport préliminaire, nous concluons que SOU peut être utile dans le diagnostic des infections orbitales. ( info)

15/653. Perte visuelle sinusite-induite fongique allergique.

    Dans ce rapport nous passons en revue 56 patients adultes et 26 pédiatriques qui se sont présentés à notre pratique avec la sinusite fongique allergique pathologiquement confirmée de 1989 à 1997. De ce groupe, trois patients présentés avec la perte visuelle et ont été soignés avec la décompression chirurgicale prompte suivie d'immunomodulation. ( info)

16/653. comparaison Non-randomisée des modalités chirurgicales pour des mycoses de sinus paranasal avec la prolongation intra-crânienne.

    Des infections mycotiques des sinus paranasal sont fréquemment rapportées en Asie méridionale. Les espèces d'aspergille et de mucor sont les prédominantes. La prolongation intra-crânienne des mycoses de sinus paranasal est un problème difficile à contrôler. Nous rapportons 18 cas des mycoses de sinus paranasal avec des prolongements intra-crâniens. Les manifestations les plus communes étaient la décharge nasale (67%), l'obstruction nasale (50%), les symptômes oculaires tels que le proptosis (44%), le telecanthus (39%) et l'ophthalmoplegia. Des balayages de tomographie par ordinateur se sont avérés tout à fait instructifs concernant la nature et l'ampleur de la maladie (sensibilité 100% et spécificité de 78%). Une approche intra-crânien-extracranial combinée (six cas) a donné un avantage distinct par rapport à adopter seulement une approche extracranial (12 cas). Une incidence de 17% de fuite de CSF a été notée en adoptant seulement une approche extracranial comme une répétition dans quatre caisses hors des 12 qui ont été traitées suivre cette méthode (< de P ; 0.05). Une légère augmentation de la morbidité a été associée au traitement intra-crânien-extracranial combiné, mais aucune répétition ou complication significative n'ont été notées dans cette approche. ( info)

17/653. asthme stéroïde-dépendant grave avec l'insuffisance IgG-2 et la sinusite récurrente : réponse au traitement avec de l'immunoglobuline d'intravenous de haut-dose.

    Les patients présentant l'asthme grave posent un dilemme au médecin depuis le traitement qu'ils ont besoin, à savoir les doses élevées des stéroïdes oraux, a des effets secondaires sérieux, particulièrement parmi la population pédiatrique. L'insuffisance dans un ou plusieurs des sous-classes d'IgG a été associée à la fonction pulmonaire anormale, aussi bien qu'avec des infections sinopulmonary récurrentes dans les adultes et les enfants. En années de bout l'attention a été concentrée sur des thérapies alternatives pour ces patients. Une de ces solutions de rechange est le traitement avec de l'immunoglobuline intraveineuse (IVIG). Nous rapportons un garçon de 11 ans avec l'asthme grave depuis l'âge de deux ans et d'admissions d'hôpital multiples de dû à la crise asthmatique bien plus fréquente et grave, au point d'avoir besoin, en dernière année, du traitement quotidien avec les doses élevées des stéroïdes oraux (mg 20). Pendant six mois le patient a été donné les doses élevées de l'immunoglobuline intraveineuse. Après un mois de traitement une amélioration clinique et spirométrique était laisser apparent effiler en bas des stéroïdes oraux jusqu'à leur substitution complète par budesonide inhalé (1.600 microg/jour). Les seuls effets secondaires remarquables étaient des maux de tête graves après les infusions de gammaglobuline qui ont bien répondu au paracétamol oral. Cette amélioration a été soutenue tout au long de la période de traitement, mais peu de semaines après l'IVIG ont été suspendues les paramètres cliniques et spirométriques commencés pour empirer encore. ( info)

18/653. glaucome de fermeture d'angle aigu précipité par application intranasale de cocaïne.

    Nous décrivons un patient qui a développé le glaucome aigu d'angle-fermeture suivant l'application de la cocaïne intranasale topique. Une femme de 46 ans a subi un lavage antral électif sous l'anesthésie générale et avec l'application locale de 25 pour cent de pâte de cocaïne au mucosa nasal. Pendant vingt-quatre heures postopératoirement le patient a développé la cécité douloureuse soudaine qui s'est avérée due au glaucome aigu. La cocaïne avec son activité sympathomimétique indirecte cause le mydriasis, celui peut précipiter le glaucome aigu d'angle-fermeture dans les individus prédisposés avec une chambre antérieure peu profonde. Bien que l'incidence soit rare, les oto-rhino-laryngologistes doivent se rendre compte de cette complication potentielle. ( info)

19/653. Un mécanisme possible de dyskinesia ciliary primaire : un cas d'un défaut segmentaire dans les microtubules ciliary.

    Nous rapportons ici un femme de 13 ans avec la toux, le crachat et la fièvre. Le patient a eu la sinusite chronique et la bronchite. La radiographie de la poitrine et le balayage tomographique calculé du coffre ont indiqué le remplissage et le bronchiectasia bronchiques muqueux dans des bronches des lobes inférieurs bilatéraux, lobe moyen de droite et ont laissé le lobe supérieur. La scintigraphie d'inhalation d'aérosol avec 99mTechnetium a démontré des retards du traceur déchargé. Sur la base de ces résultats, le dyskinesia ciliary primaire a été suggéré. Ceci a été confirmé par les résultats de la biopsie nasale avec la microscopie électronique de transmission où tous les microtubules ont été segmentally désertés près du corps basique dans les cils. Sur la base de ces résultats, nous avons diagnostiqué le patient présentant le dyskinesia ciliary primaire qui peut être dû, au moins en partie, du défaut segmentaire des microtubules ciliary. ( info)

20/653. Papilloedema secondaire à la sinusite purulente aiguë.

    Les infections supérieures et la sinusite de région respiratoire sont communes, mais les complications de la sinusite intra-crâniennes sont rares chez les enfants et sont souvent médicalement ordinaires. Le Papilloedema secondaire à la sinusite purulente est une complication précédemment non rapportée. Nous rapportons deux cas aux manifestations atypiques de point culminant de la sinusite chez les enfants. ( info)
(Traduit de l'anglais par Altavista Babel Fish)<- Précédent || Suivant ->


Laisser un message sur 'sinusite'


N'évalue pas ni ne garantit l'exactitude des contenus de ce site. Cliquez ici pour accéder au texte complet de l'avertissement.