Cas Rapportés "Syndrome Des Jambes Sans Repos"
(Traduit de l'anglais par Altavista Babel Fish)

Filtrage par mots-clés:



Recherche des documents. Attente svp...

1/98. Complications neurologiques dans des ruptures d'insuffisance du sacrum. Trois cas-rapports.

    Trois cas de compromis de racine de nerf dans les femmes âgées avec des ruptures d'insuffisance du sacrum sont rapportés. Le compromis neurologique est généralement senti pour être excessivement rare dans cet arrangement. Un examen de 493 cas des ruptures sacrées d'insuffisance rapportées dans la littérature a suggéré une incidence environ de 2%. L'incidence vraie est probablement plus haute puisque beaucoup de cas-rapports ont fourni seulement des informations limitées sur des symptômes ; en outre, le dysfonctionnement de sphincter et le paresthesia inférieur de membre étaient les symptômes les plus communs et peuvent aisément être donnés sur ou mal interprétés dans de vieux patients présentant des problèmes de santé multiples. Les manifestations neurologiques ont été retardées dans certains cas. Un plein rétablissement était la règle. Les caractéristiques de la rupture sacrée n'ont pas été uniformément rapportées avec le risque de compromis neurologique. Dans la plupart des cas il n'y avait aucun déplacement et dans beaucoup les foramina n'étaient pas impliqués. La pathophysiologie des manifestations neurologiques demeure peu claire. Nous proposons que des patients avec des ruptures sacrées d'insuffisance devraient être soigneusement surveillés pour des manifestations neurologiques. ( info)

2/98. syndrome de consommation/potable nocturne et syndrome agité neuroleptic-induit de jambes.

    syndrome de consommation/potable nocturne secondaire au syndrome agité neuroleptic-induit de jambes (RLS) s'est produit sous le traitement avec de l'halopéridol de bas-dose dans un patient schizophrène féminin de 51 ans. La recherche de Polysomnographic a montré un de bas niveau de l'efficacité de sommeil, des mouvements périodiques de jambe, et d'un rapport strict entre les épisodes nocturnes de consommation et le sommeil non-rapide de mouvement oculaire. Sa consommation et RLS nocturnes ont été complètement empêchés par traitement de clonazepam. À notre connaissance, c'est le premier cas édité de syndrome de consommation/potable nocturne RLS neuroleptic-induit secondaire. ( info)

3/98. Disparition des mouvements involontaires rhythmiques pendant le sommeil dans un cas d'atrophie olivopontocerebellar.

    Nous rendons compte d'un femme de 54 ans avec des 8 environ de l'histoire d'année de l'atrophie olivopontocerebellar liée aux mouvements involontaires rhythmiques des membres supérieurs et inférieurs gauches, et de la région cervicale. L'electromyogram extérieur du membre supérieur gauche a indiqué le rhythmicity (environ 3 hertz) et la réciprocité entre les muscles antagoniques, qui ont disparu sur le polysomnography à toutes les étapes de sommeil comprenant le sommeil rapide de mouvement oculaire sans atonia. Celles-ci ont été caractérisées par la coexistence du tremblement myoclonus et parkinsonien squelettique rhythmique. Ces résultats suggèrent qu'une perturbation du système striatonigral aussi bien que le circuit dentato-rubro-olivaire puisse être impliquée dans ces mouvements. Il semble également que leur destin dépend du niveau du wakefulness et que le système de déclenchement réticulaire croissant joue également un rôle dans le développement de ces mouvements. ( info)

4/98. Un cas d'akathisia unilatéral neuroleptic-induit avec les mouvements périodiques de membre dans le côté opposé pendant le sommeil.

    Nous rendons compte d'un patient présentant le désordre schizoaffective qui a développé l'akathisia unilatéral. C'est le premier rapport de cas d'un patient présentant l'akathisia unilatéral neuroleptic-induit sur qui un polysomnogram all-night a été enregistré. Sur le polysomnogram nous avons observé les mouvements périodiques de membre de côté droit (PLM) avec l'akathisia unilatéral d'aile gauche, et après que son akathisia ait disparu, le PLM a également disparu. Les résultats du cerveau MRI et les résultats neurologiques étaient dans des limites normales. La lésion pathogénétique causant l'akathisia n'a pas pu être élucidée. ( info)

5/98. syndrome agité de jambes : une cause peu commune pour un syndrome embarrassant.

    Le syndrome agité de jambes (RLS) est un complexe bien défini de symptôme, se produisant en tant que RLS idiopathique ou en association avec beaucoup d'autres désordres. Bien qu'aucune étiologie définie ne soit connue pour cette condition, on a proposé plusieurs mécanismes pathophysiologiques. Il y a d'évidence de support que RLS est un dysfonctionnement du système nerveux central (CNS), suggérant la participation des voies (DA) dopaminergiques descendantes, mais il peut également se produire avec des désordres spinaux. Nous présentons un patient souffrant de RLS qui par la suite a été diagnostiqué avec une tumeur de magnum de foramen. Basé sur l'évidence disponible, nous essayons de corréler l'endroit de la tumeur avec le patient' ; symptômes de s de RLS. ( info)

6/98. Parasomnias. Désordres dormir-connexes bizarres de gestion de comportement.

    Le sommeil peut être une expérience préoccupante pour des personnes infestées par des désordres nocturnes connus sous le nom de parasomnias. Tandis qu'ils sont " ; endormi, " ; de telles personnes peuvent marcher, crier dans la terreur, réarranger des meubles, manger les mets impairs de nourriture, ou utiliser des armes. Ou elles peuvent ne pouvoir pas tomber endormi en raison des sensations désagréables du syndrome agité de jambes. Bien que ces désordres soient en effet bizarres, les traitements efficaces sont disponibles. En cet article, le jeu rouleau-tambour Schenck et le Mahowald discutent l'évaluation et le traitement des parasomnias et fournissent des vignettes patientes d'illustration de leur expérience étendue à un centre de désordres de sommeil. ( info)

7/98. Thérapie dopaminergique chez les enfants avec les jambes agitées/mouvements périodiques de membre dans le sommeil et l'ADHD. Groupe de travail dopaminergique de thérapie.

    Les effets à long terme du monotherapy avec le levodopa ou du pergolide d'agoniste de dopamine sur le moteur/variables sensorielles, comportementales, et cognitives dans sept enfants avec le syndrome agité de jambes/mouvements périodiques de membre dans le déficit du sommeil (RLS/PLMS) et d'attention - le désordre d'hyperactivité (ADHD) ont été étudiés. Cinq des sept enfants avaient été précédemment traités avec les stimulants qui avaient été déterminés pour être inefficaces ou pour avoir des effets secondaires intolérables. La thérapie dopaminergique a amélioré les symptômes de RLS et a réduit le nombre de PLMS par heure de sommeil (P = 0.018) et a associé des arousals (P = 0.042) pour le groupe entier. Après traitement, trois enfants n'ont plus répondu aux critères pour ADHD, et trois ont retourné à la normale sur l'essai d'une attention variable. ADHD amélioré dans chacun des sept comme mesurés par l'échelle d'évaluation de parent de Connors (P ( info)

8/98. Présentations de département de secours des patients avec Parkinson' ; la maladie de s.

    Parkinson' ; la maladie de s (palladium) est un désordre neurologique progressif chronique caractérisé par tremblement, rigidité de muscle, lenteur du mouvement (bradykinesia), et instabilité de démarche. Dans la première maladie, le palladium est bien contrôlé dans un arrangement de bureau, cependant, car la maladie progresse, une série de syndromes peuvent avoir comme conséquence des visites de département de secours. Les scénarios très probablement pour exiger une évaluation émergente sont " grave de moteur ; off" ; périodes avec l'immobilité, les mouvements involontaires (dyskinesia), la psychose, la confusion aiguë, le désordre de panique, et douleur. D'autres présentations moins fréquentes sont également discutées. Cet article emploie des formes d'illustration pour fournir un cadre pour discuter des issues de diagnostic et de gestion de département de secours en s'occupant de ces patients. ( info)

9/98. Le myelitis transversal s'est associé au syndrome agité de jambes et aux mouvements périodiques du sommeil sensibles à un agent dopaminergique oral mais pas à intrathecal baclofen.

    Le désordre de mouvement périodique de membre (PLMD) et le syndrome agité de jambes (RLS) sont des désordres de sommeil relatifs qui se produisent avec la fréquence accrue dans la maladie de moelle épinière. Le traitement efficace peut être obtenu avec les drogues dopaminergiques ou d'opioid, alors que des anticonvulsanux, benzodiazépines, et baclofen probablement peut être utile. Ce rapport décrit un patient qui a développé RLS et PLMD après le myelitis transversal aigu lié à la mononucléose infectieuse, et pour répondre à intrathecal baclofen. Tous les symptômes de RLS/PLMD résolus après traitement avec le pergolide. ( info)

10/98. syndrome aigu d'abstinence suivant le cessation brusque d'une utilité à long terme de tramadol (Ultram) : une étude de cas.

    Nous rendons compte d'un patient qui avait pris le tramadol analgésique centralement de action pendant plus de 1 année. Le composé s'était avéré suffisant pour traiter ses épisodes douloureux liés au fibromyalgia. En raison du manque d'approvisionnement tandis qu'être en voyage, prise de la drogue était arrêté abruptement, ayant pour résultat le développement de classique abstinence-comme des symptômes dans un délai de 1 semaine. Abstinence-comme des symptômes composés agitation et insomnie pour lesquelles le lorazepam de benzodiazépine a été donné. La diarrhée et les crampes abdominales ont été traitées avec le loperamide périphériquement actif d'opioid, alors que des accès du cephalgia étaient traités avec sumatriptan. La douleur musculo-squelettique-connexe diffuse et le syndrome agité de jambe (RLS) ont été traités avec le dextromethorphan. Tous ces différents médicaments se sont avérés efficaces pendant qu'ils avaient comme conséquence le cessation des symptômes. Dans un délai de 1 semaine les symptômes ont cessé et le patient n'a regagné ses activités normales sans aucune conséquence. Bien que le tramadol soit considéré une non-habitude et analgésique de non-dépendance-formation, les symptômes d'abstinence sont susceptibles de développer le cessation brusque suivant de la prise, particulièrement quand le composé avait été succédé 1 an. Par conséquent des patients devraient être conseillés d'un tel effet toutes les fois qu'ils décident d'arrêter la prise ou leur médecin prévoit de commuter à un autre médicament. Pour éviter abstinence-comme des doses de symptômes devrait être lentement effilée vers le bas. ( info)
(Traduit de l'anglais par Altavista Babel Fish)| Suivant ->


Laisser un message sur 'syndrome des jambes sans repos'


N'évalue pas ni ne garantit l'exactitude des contenus de ce site. Cliquez ici pour accéder au texte complet de l'avertissement.