Cas Rapportés "Troubles Du Sommeil D'Origine Intrinsèque"
(Traduit de l'anglais par Altavista Babel Fish)

Filtrage par mots-clés:



Recherche des documents. Attente svp...

1/3. l'épilepsie d'Enfance-début s'est associée au polymicrogyria.

    Pour étudier les caractéristiques electroclinical des patients présentant l'épilepsie d'enfance-début qui a montré le polymicrogyria (pmg) sur MRI, nous avons classifié 15 patients selon l'endroit du pmg sur MRI. La composition des sujets était comme suit : quatre patients avec le pmg dans les deux hémisphères ; trois avec le pmg localisé dans un hémisphère se sont associés à d'autres lésions telles que porencephaly ; et huit avec seulement le pmg localisé dans un hémisphère. Nous avons étudié les caractéristiques electroclinical des syndromes épileptiques liés à ces différents types de pmg. Quatre patients ont souffert des spasmes infantiles pendant leur cours clinique. Cinq patients ont souffert de l'épilepsie avec l'epilepticus électrique de statut pendant le sommeil lent (ESES) et l'épilepsie ESES-connexe. Les six autres patients ont eu seulement l'épilepsie localisation-connexe dans tout leur cours clinique. Les patients avec le pmg dans les deux hémisphères, et le pmg localisé dans un hémisphère se sont associés à d'autres lésions tendues pour avoir des saisies insurmontables de tôt-début, particulièrement spasmes infantiles. D'une part, les patients avec seulement le pmg localisé dans un hémisphère ont eu ESES et épilepsie d'épilepsie ou localisation-connexe ESES-connexe, et leur pronostic de saisie était relativement favorable. Ces résultats sont utiles en prévoyant les résultats des patients avec le pmg. ( info)

2/3. aggravation Lamotrigine-induite de saisie et myoclonus négatif dans l'épilepsie rolandic idiopathique.

    Les auteurs décrivent une réaction paradoxale au traitement du lamotrigine (LTG) dans un patient présentant l'épilepsie rolandic idiopathique caractérisée par détérioration de saisie, l'aspect du nouveau type de saisie, et l'affaiblissement cognitif passager. Ce phénomène était présent à une basse dose après une titration lente et promptement retournée sur la discontinuation de LTG. Cet événement rare peut avoir des similitudes avec la détérioration carbamazepine-induite de saisie provoquée par l'effet inhibiteur de canal de Na des deux drogues antiépileptiques. ( info)

3/3. Exacerbation de sommeil de syndrome persistant d'éveil sexuel dans un femme postmenopausal.

    BUT : Pour étudier des causes possibles et le traitement du syndrome persistant d'éveil sexuel, qui a été aggravé par début de sommeil, dans un sujet postmenopausal. MÉTHODES : Un examen clinique et entrevues avec le patient pour obtenir ses antécédents et suivi des effets des traitements de drogue. Les investigations de laboratoire de traitement préparatoire ont surveillé le flux de sang vaginal par photoplethysmography et électrode heated. Des évaluations courantes de chimie et d'endocrine de sang ont été entreprises. Des balayages de résonance magnétique de la formation image (MRI) du cerveau, du bassin, et de l'analyse neurale de moelle et genito-sensorielle épinière des secteurs clitoridiens et vaginaux ont été exécutés. Un atériogramme interne sélectif d'artère iliaque a été utilisé pour vérifier la normalité de l'approvisionnement de sang pelvien. RÉSULTATS : Les organes génitaux ont semblé normaux et uncongested. On n'a observé aucune anomalie structurale dans les balayages de MRI. Les niveaux et la chimie de sang hormonaux étaient proportionnés au subject' ; statut postmenopausal de s. Le flux de sang vaginal basique (électrode de la chaleur) était dans la marge des femmes premenopausal normaux et (photoplethysmography) du vasomotion normal montré. Sur devenir assoupie et tomber légèrement endormi dans le laboratoire l'amplitude d'impulsion vaginale (VPA) a augmenté de 95% de la valeur basique et de la bas-amplitude VPAs ont été remplacées par haut-amplitude VPAs--toute l'évidence de flux de sang et de congestion et de confirmer vaginaux accrus le subject' ; plainte de s d'éveil sexuel persistant pendant le sommeil. Une tâche cognitive simple de soustraire à plusieurs reprises 7 de 500 dehors à haute voix n'a pas accéléré le retour au niveau basique. Il n'y avait aucune évidence du défaut de fonctionnement du cerveau, de la moelle épinière, ou du secteur pelvien par MRI mais l'analyse genito-sensorielle du secteur clitoridien et vaginal a mis en évidence la fonction sensorielle réduite. CONCLUSIONS : Des traitements seulement le risperidone essayé a été laisser efficace sujet au sommeil tout au long de la nuit sans perturbation et selon le sujet a sensiblement réduit l'aggravation de l'éveil pendant le jour. ( info)
(Traduit de l'anglais par Altavista Babel Fish)



N'évalue pas ni ne garantit l'exactitude des contenus de ce site. Cliquez ici pour accéder au texte complet de l'avertissement.