Cas Rapportés "Tumeurs Du Crâne"
(Traduit de l'anglais par Altavista Babel Fish)

Filtrage par mots-clés:



Recherche des documents. Attente svp...

1/1390. Méningiomes de plaque d'en de Juxtaorbital. Rapport de quatre cas et examen de la littérature.

    Les méningiomes d'aile ou d'arête de sphéroïde de Juxtaorbital sont plus le terrain communal des méningiomes basiques. Ce sont parfois plaque d'en de méningiomes, qui dans la plupart des patients n'ont pas le composant intra-crânien significatif. Cet article passe en revue la littérature sur des méningiomes d'en-plaque et discute le rôle de M. formation image et CT dans le diagnostic des méningiomes d'en-plaque de la région paraorbital. Le rôle de la gros-suppression, gadolinium-augmenté, du M. formation image de T1-weighted est souligné. ( info)

2/1390. neurofibromatose Cranio-orbital-temporelle : traitons-nous le problème entier ?

    la neurofibromatose Cranio-orbital-temporelle est un sous-type rare de la neurofibromatose 1 caractérisée par exophthalmos pulsatile, neurofibromes orbitaux, dysplasie d'aile de sphenoid, expansion de la tombe temporelle, et herniation du lobe temporel dans l'orbite. La cause de la dysplasie d'aile de sphenoid est incertaine. La reconstruction du défaut de sphenoid, séparant l'orbite et la chambre forte crânienne, a été problématique en raison de la résorption des greffes d'os. Ceci rapporte illustre une cause potentielle du défaut de sphenoid et une cause possible de la résorption de greffe d'os. ( info)

3/1390. De novo déchargeant le sinus de la suture fronto-orbitale : une présentation rare d'un kyste dermoïde.

    Les kystes dermoïdes sont des anomalies développementales, résultant principalement de l'épithélium germinal emprisonné. Dans la région de cou et de tête, l'endroit le plus commun est le quart de cercle externe supérieur fronto-orbital de l'orbite. Puisque seulement quelques caisses de kystes dermoïdes avec décharger le sinus du secteur fronto-orbital ont été rapportées dans la littérature, les auteurs présentent un cas peu commun d'un kyste dermoïde de suture frontozygomatic, se présentant comme sinus, chez un homme de 56 ans. Le rapport histologique a confirmé que la lésion cystique était un kyste dermoïde avec une région. Le diagnostic et la gestion sont discutés. ( info)

4/1390. Résultats radiologiques intéressants dans les lésions de masse suprasellar. Rapport de trois cas.

    Les auteurs rapportent trois lésions tout à fait rares de région sellar/parasellar. Ils sont à savoir ; abcès pituitaire, macroadenoma cystique et osteochondroma. Dans aucun des cas, la priorité diagnostique préopératoire n'était pas même que le diagnostic histopathologique final. Les résultats radiologiques de ces pathologies sont discutés avec l'accent sur le diagnostic différentiel. ( info)

5/1390. Osteochondroma Dural : enfermez le rapport, l'examen de la littérature et la proposition d'une nouvelle classification.

    L'excision complète d'un osteochondroma dural est présentée. Lors de passer en revue la littérature nous avons noté que les osteochondromas basiques et de convexité, bien que considéré comme entité pathologique simple, diffèrent en épidémiologie, pathogénie, gestion et histoire naturelle. On propose une nouvelle classification. ( info)

6/1390. Chondrosarcomas méningitiques, un examen de 31 patients.

    Nous avons passé en revue la littérature pour étudier les dispositifs cliniques, la gestion et les résultats des chondrosarcomas méningitiques. Nous avons inclus 31 patients dans cette revue : 22 étaient mesenchymal et neuf étaient non-mesenchymal. L'âge moyen était de 27 ans et 64% a résulté des meninges crâniens. Le traitement était principalement excision chirurgicale totale. La thérapie auxiliaire a été donnée à 36% de patients. Les chondrosarcomas méningitiques spinaux ont eu un meilleur pronostic (survie d'une année de 81% et survie de trois ans de 45%). Il n'y avait aucun dispositif clinique ou radiologique pathognomonique. Nous avons conclu que la meilleure gestion des chondrosarcomas méningitiques est excision chirurgicale totale autant que possible, suivi de cours combiné de la radiothérapie et de la chimiothérapie aussitôt que possible. ( info)

7/1390. Reconstruction microvasculaire de la base de crâne : indications et procédures.

    BUT : Le but de l'étude courante était de passer en revue l'utilisation du transfert libre de tissu pour la reconstruction de la base de crâne et pour l'assurance du contenu intra-crânien. PATIENTS ET MÉTHODES : De 1990 jusqu'en 1996, des ailerons revascularized ont été transférés au crâne et à la base de crâne dans 11 patients dans qui résection intra-crânienne/extracranial des tumeurs de la base de crâne a été exécutée en coopération avec le département de la neurochirurgie. Les défauts ont résulté du déplacement des carcinomes de cellules squamous (n = 4), carcinomes de cellules basiques (n = 4), mélanome malin, schwannoma malin, et méningiome malin. La réparation de défaut a été accomplie par transfert revascularized des ailerons de muscle de dorsi de latissimus dans sept cas et ailerons d'abdominis de rectus et des ailerons dans deux cas chacun d'avant-bras. Dans cinq patients présentant la diffusion intra-crânienne étendue de tumeur, la reconstruction a été exécutée pour des raisons palliatives. RÉSULTATS : Une fermeture molle sûre de tissu de l'espace intra-crânien et intradural a été réalisée dans tous les patients, tandis que la découpe du crâne facial et du neurocranium a été d'une manière satisfaisante reconstituée en même temps. En employant la longueur entière du muscle greffé, le pedicle vasculaire a pu être placé à côté de l'artère carotide externe et être commodément relié aux navires cervicaux. La période de survie moyenne des patients présentant le traitement palliatif était de 8.4 mois, avec une durée moyenne du séjour d'hôpital de 24.5 jours. CONCLUSIONS : En dépit du plus grand effort chirurgical du transfert revascularized de tissu, la reconstruction microvasculaire de grands défauts de base de crâne semble être justifiée, même pendant qu'une mesure palliative. ( info)

8/1390. Un cas de neurinoma laryngé avec la neurofibromatose 2.

    Nous présentons un cas d'un neurinoma laryngé dans un patient présentant la neurofibromatose 2. Un homme de 39 ans s'est présenté à notre hôpital avec des plaintes multiples comprenant la perte d'audition bilatérale progressive, le vertige, la dyspnée, la dysphagie, et une histoire de neuf ans de bonne faiblesse inférieure de jambe. La formation image de résonance magnétique a démontré les lésions multiples comprenant des tumeurs bilatérales d'angle de cerebellopontine, une tumeur de magnum d'agents de maîtrise, des tumeurs multiples de la moelle épinière, une tumeur laryngée, et plusieurs tumeurs retrocervical. La laryngoscopie fibreoptique a indiqué une grande tumeur supraglottic submucosal. La tumeur laryngée a été visualisée par microlaryngoscopy et excisée avec un laser de KTP dirigé par une fibre de quartz. ( info)

9/1390. Hemangiopericytoma et os temporel.

    Hemangiopericytoma est une tumeur vasculaire résultant des pericyts. La tumeur implique habituellement le système muskuloskeletal et la peau. Un hemangiopericytoma de l'os temporel est une lésion extrêmement rare. Cet article décrit un cas de hemangiopericytoma situé aussi bien dans l'os temporel, son diagnostic radiologique et ses options thérapeutiques. ( info)

10/1390. tumeurs malignes radium-induites des sinus mastoid et paranasal.

    Dans les disques de 5.058 personnes avec l'exposition thérapeutique ou professionnelle au radium, 21 patients présentant le carcinome du mastoid et 11 avec les tumeurs malignes des sinus paranasal ont été identifiés. Les temps d'induction de tumeur étaient de 21-50 ans pour les tumeurs mastoid (médiane, 33) et de 19-52 ans pour des tumeurs de sinus paranasal (médiane, 34). Des données dosimétriques sont données pour les patients dont les charges du corps du radium ont été mesurées. Nous avons trouvé une proportion élevée de carcinome mucoepidermoid, comportant 38% du mastoid et 36% des tumeurs de sinus paranasal. Trois patients ont eu le sarcome antécédent d'os à 20, 11, et 5 ans, respectivement, et un sarcome d'os ont été découverts à l'autopsie dans un quatrième patient. Les changements radiographiques des sinus mastoid et paranasal étaient semblables à ceux vus dans les tumeurs malignes de nonradium. Plus de 800 personnes connues ont exposé au radium avant 1930 et un autre groupe de taille inconnue qui a reçu l'eau de radium ou des injections de radium des médecins sont encore vivant et en danger de développer les tumeurs malignes des sinus mastoid et paranasal. ( info)
(Traduit de l'anglais par Altavista Babel Fish)| Suivant ->


Laisser un message sur 'tumeurs du crâne'


N'évalue pas ni ne garantit l'exactitude des contenus de ce site. Cliquez ici pour accéder au texte complet de l'avertissement.