FAQ - toxicomanie intraveineuse
(Powered by Yahoo! Answers)

Quels seront les moyens pour lutter contre le trafic de drogue et la toxicomanie en géneral?


liberaliser la deogue chacun transporte sa dose personnelle
et bien s'il a 50 gr c'est sa dose et devra la prendre devant les policiers ...

cela aura le merite de faire changer de metier ceux qui ne consomment pas ou qui revendent...  (+ info)

Que souhaiteriez-vous à une femme de 37 ans qui a arrêté la méthadone après 21 années de toxicomanie?


21 années sans pause/arrêt. J'ai pris mon temps, j'y suis allée tout doucement, à mon rythme, et aujourdhui - oh il me faudra encore 2 à 3 ans pour être vraiment bien (sommeil, cauchemars, angoisse, trop froid/chaud, mal-être physique "diffus", ..., mais je le sais et je tiendrai) - je puis affirmer que oui, j'en ai fini avec cette merde (dernière prise le 22 février). Et si c'est comme pour l'alcool et d'autre petites choses dont j'ai décidé de me passer, ça fait pas de mal, je risque pas de recommencer!!!
Il est admis que 5% des personnes toxicomanes aux opiacés s'en sortent réellement.
Eh oui, ça existe, et je tenais à vous le faire savoir. C'est ma fierté et ma force à moi.
Salutations ensoleillées à tous et toutes, L. / S. / ex-T. et présentement l'ex tox
----------

Je suis très émue par ton message. Je te souhaite une nouvelle vie avec une santé recouvrée, de belles rencontres, de joies et d'émotions de toutes sortes...
Je te souhaite surtout de t'être profondément pardonnée et de ne jamais oublier, lorsque la vie te semblera dure ou morose de quel enfer tu es sortie, le courage et la ténacité dont tu as du faire preuve pour y arriver. 5% ! Ce chiffre parle tout seul. N'oublie pas ce que tu vaux prends la mesure de l'inutile et du passager, et mords la vie à pleine dents maintenant sans avoir peur. Donne et reçois plein d'amour. Voilà ce que je te souhaite de tout mon coeur et avec mon admiration sincère.  (+ info)

Meilleur endroit de faire une sevrage de toxicomanie sur Paris?


Je suis accro au OxyContin et OxyNorm et je dois faire une sevrage - quelqu'un pourrait m'aider avec leur propre experiences!!!
----------

ton médecin n'a pas cette info ?  (+ info)

Avez vos une expérience de la toxicomanie? Comment vous en êtes vous sorti?


meme si je n'etais pas un gros toxico, j'aimais toute les fins de semaine gobé un peu n'importe quoi, plus la fumette en semaine avec l'alcool, c'etait pas mal. Donc j'ai fait un choix dans mes amis et j'ai changé de région en allant dans un endroit avec moi de tentations ; 11 ans aprés, j'ai encore de temps en temps des retours, des trips que j'ai appris a gérer en faisant du sport et surtout de la volonté.  (+ info)

Quelles sont les causes provoquant la toxicomanie?


Je crois que les causes se trouvent profondément en chacun de ceux et celles qui deviennent toxicomanes.
Cela peut être dû à un profond mal-être, une enfance très traumatisante, malheureuse.
Une immense solitude en soi.
Cela peut aussi être dû à l'influence des amis, le désir d'essayer, l'envie de se révolter contre tout ce qui fait partie de la société qu'on ne veut pas "intégrer".
De toute façon, chaque toxicomane qui veut s'en sortir a un très gros travail à faire sur lui-même pour trouver ce qui l'a poussé vers les drogues et tenté d'améliorer sa situation.  (+ info)

TOXICOMANIE ; quelles méthodes de sevrage efficaces ?


Bonjour, j'ai 24 ans. Je suis dans la toxicomanie (benzodiazépines) depuis 7ans suite à un passé extrèmement difficile. J'ai intégré un centre d'addictologie en juillet 2008 dans lequel on me délivrait mes doses tous les jours et ensuite j'étais libre de rentrer chez moi. A ce moment là, j'ai fait de mauvaises rencontres qui m'ont menée à toucher aux dérivés opiacés. Je n'en suis pas devenue dépendante. Cela dit, ma dépendance aux benzo est terriblement forte. Je me retrouve en dualité avec moi-même dans la mesure où j'ai le désir de quitter la toxicomanie mais une forte attirance pour elle. J'ai également peur des centres fermés tels qu'unités psychiatriques, et je préfèrerais encore être orientée vers une maison de repos qui prend en charge les tox, si possible religieuse, car le personnel médical et le côté blouses blanches m'effraient quelque peu ! Quelqu'un connait -t-il ce genre d'établissement et de parcours ?
merci louloutt
Ok Nikita, mais je pense qu'à la dure je vais avoir du mal- j'ai essayé et craqué au bout de trois jours ....
----------

les anciennes techniques de rester enfermé chez soi et d'attendre que le mal physique passe me semble dure comme idée!!pourquoi souffrir encore plus?contactes le site de drogues.info pour connaitre les assoc,ou hp ou autres;bref pour trouver une écoute,pas de jugement ,un endroit ou tu te sente en accord.bon courage  (+ info)

A votre avis, la toxicomanie peut-elle modifier la personnalité ?


De toute évidence !
Vous avez déjà baisé sous cocaïne ? (Et vous avez vu le résultat) MDR ;
Non blague à part, la toxicomanie va développer une maladie mentale chez des personnes fragiles (biologiquement ou mentalement) au départ ... (prédispositions)  (+ info)

j'aimerai qu'on me propose des sujets de these en rapport avec la toxicomanie?


sujet
----------

Bonjour,

Ta question est effectivement mal posée / incomplète comme le dit très bien antoinex..

Je pars de l'idée qu'il s'agit d'une thèse de fin d'études et non pas d'une thèse de doctorat, qui nécessite 3-5 ans voire plus plus ou moins à plein temps. Les thèses de doctorat sont consacrés à des sujets hyperspécialés, dans une domaine du Professeur responsable du doctorant et des spécialités de l'Uni en question. Tu ne poserais pas une Q sur Q/R.

Une thèse de fin d'études ne permet en général pas de faire des découvertes. En toxicomanie tout a déjà étudié par d'éminents spécialistes.

Dans une thèse comme la tienne on peut choisir un sujet étudié au niveau d'un pays, comme par exemple "influence du milieu social sur la fréquence des jeunes toximanes". Pour ta thèse tu peux reprendre un tel sujet, et l'étudier dans une petite ville, un quartier. Chaque région d'un pays est différente, une telle thèse permet de préciser si une connaissance, un savoir s'applique aussi localement, c'est fort utilie pour tous ceux qui par leur métier s'occupent de toxicomanie. On peut aussi prendre un sujet largement connu comme p.ex : on sait que des jeunes insérés dans des groupes, clubs, se tournent moins volontiers vers la toxicomanie.
Pour arriver à mieux comprendre certains de mes patients j'ai beaucoup lu, n'ayant moi-même jamais consommé de drogues. Je n'ai pas vu que quelqu'un s'intéresse à savoir si l'effet protecteur d'un "groupe à activité saine" protégeait plus s'il s'agissait d'un sport d'équipe ou d'un sport individuel, d'une société de chant etc..
- Un thèse simple n'a pas forcémment un aspect de recherche : il peut s'agir d'un résumé lisible, à partir de lectures que presque personne n'a le courage de lire. Résumer en 20 pages un ouvrage de 1000 pages rend la connnaissance accessible. Entre assistants sociaux, police, juges, personnel médical, éducateurs, tuteurs, religieux, il y a une foule de métiers qui sont confrontés parfois ou souvent à la toxicomanie et qui n'ont ni le temps ni les capacités de lire des ouvrages spécialisés.
- Tu peux donc aussi orienter ta thèse en fonction d'un certain type de lecteurs. Le gendarme ordinaire n'a pas fait d'études. Il est confronté à la toxicomanie quotidiennement, soit lors d'infractions, soit lors de bagarres. Une thèse pourrait faire l'objet d'un fascicule remis à un corps de métier, avec les infos essentielles.. Les préjugés et racismes proviennent surtout d'un manque d'infos.

Pour une thèse ayant un rapport avec la toxicomanie, tout est utile, le phénomène toxicomanie évolue, ce qui était vrai il y a 10 ou 20 ans ne l'est parfois plus. L'essentiel c'est ce le sujet de thèse t'intéresse vraiment. Du style : si tu es sportive volontiers un aspect sur l'utilité du sport dans la prévention ou le traitement, peut-être tu es musicienne, croyante, etc..

Puisque je ne sais pas quelles études tu fais, des propositions concrètes de thèmes risquent de ne servir à rien. Admettons que tu fasses des études d'économie, tu pourrais t'intéresser aux conséquences financières pour le toxicomane pour sa famille, etc, etc...

Puisque tu as mis la Q dans santé mentale. Quelques idées en plus de celles que mes prédécesseurs t'ont proposé.
- Un toximane a-t-il plus facilement tendance à dire oui / non à des questions "estimez-vous avoir eu une enfance heureuse".. "estimez-vous avoir reçu assez d'amour...".
- Un enfant sage ou turbulent devient-il plus facilement toxicomane.
- Passer par une phase de toxicomanie, s'en sortir : est-ce une expérience de vie qui rend psychiquement "plus solide" ou pas.
- Passser par une phase de toxicomanie, s'en sortir : est-on ensuite plus humain, sensible aux autres, spirituel ou religieux, ou au contraire cela rend-il plus égoiste.
- Un ex-toxicomane va-t-il être plutôt un bon ou un mauvais parent (ou enseignant, ou éducateur) = est-ce qu'on apprend quelque chose ou est-ce que le caractère d'avant la toxicomanie se retrouve en gros inchangé après la toxicomanie.
- Les toxicomanes ou ex ont-ils des particularités dans leur fonctionnement psychique (anxieux, plus parano que la moyenne, etc..). Cela a été étudié. De façon générale. Pas forcémment de façon détaillée, comme "une jeune issu d'une banlieue, de niveau social catastrophique, est-ce l'anxieux qui va devenir toxicomane, le plutôt dépressif, celui qui a besoin de gonfer son ego, etc, etc.

Pour tomber sur une idée qui t'intéresse je t'inciterais à acheter un ouvrage épais qui traite de tous les aspects de la toxicomanie. Ca existe, j'ai des ouvrages de ce type, l'un p.ex édité par une administration de mon pays, traitant de tous les aspects, avec des chapitres rédigés par médecins, sociologues, économistes, juristes, bla-bla, dans le but de fournir aux décideurs du pays les principales infos pour faire ou défaire des lois. Là-dedans tu trouveras certainement un sujet qui t'intéresse et qui est compatible avec les études que tu termines.

Méfies-toi, la toxicomanie est un sujet fascinant, en lien avec une infinité de domaines clefs de la société, on devient facilement accro (au sujet), lol !! Et ensuite t'a envies d'en savoir plus et tu te tapes 5 ans pour un doctorat qui ne te sera peut-être jamais utile........

Bonne chance !  (+ info)

C'est possible d'aider une personne tombée dans la toxicomanie et l'alcool ...?


depuis une vingtaine d'année et qui ne le reconnait pas ...ayant une vision complétement déformée de la réalité ..perverse dans son comportement à l'autre ..c'est foutu ?
@isis: va te faire voir .
C'est pas pour moi ..si j'avais ce probléme , je préfère encore en finir que vivre ce calvaire ...
----------

je pense que dans le cas que tu cites c'est malheureusement foutu !  (+ info)

la toxicomanie englobe-t-elle l'alcoolisme?


la toxicomanie englobe-t-elle l'alcoolisme
----------

je vaiss faire de mon mieux afin dee te repondre:
quand on evoque la toxicomaniee on pense à des drogues teels que haschich,heroine;cocaine. une illustration bien restrictive de la toxicomanie que l'OMS definit comme"l'absorption volontaire abusive periodique ou chronique nuisible à l'individu et à la societe,d'une drogue naturelle ou ssynthetique" à ce titre l'alcool a des doses excessives , less medicaments psychotropes qui affectent le systeme nerveux et conduisent à une pharmacodependance ainsi que d'autres produits chimiques sont aussi des drogues.
  (+ info)

1  2  3  4  

Laisser un message sur 'toxicomanie intraveineuse'


N'évalue pas ni ne garantit l'exactitude des contenus de ce site. Cliquez ici pour accéder au texte complet de l'avertissement.